Guillermo Guiz vous raconte le quotidien difficile d'être un humoriste semi-connu en tournée.

Alors la vie d’humoriste semi-connu, c’est pas toujours évident. Si y’a bien quelqu’un qui peut en témoigner ici, c’est bien Tom Villa.  Non, humoriste semi-connu, ce n’est pas uniquement se faire humilier autour de cette table. Ça fait partie du charme, mais ce n’est pas que ça. Ce n’est pas juste regarder les commentaires sous tes chroniques avec un coussin devant les yeux, terrifié comme quand t’avais six ans et que tu voyais le clip de Thriller pour la première fois . Et que Michael Jackson était vraiment dans la pièce, aahhhhrghh...

Non, humoriste semi-connu c’est aussi tourner avec son spectacle dans des villes de France qu’on qualifiera de « sympas, mais un peu austères » pour préparer les championnats d’Europe de l’euphémisme . Je peux vous dire, la  vie de tournée... Souvent, tu sors de la gare et t’es accueilli par quelqu’un à qui tu demandes : 

- Et c’est quoi la capacité de la salle ?   - 180 !    - Ah cool, et y’a combien de réservations ?   - 11 !    - A ouais, on est parti sur un succès d’estime    - Mais t’inquiète, ça peut encore décoller ! 

Ben oui, bien sûr, il est 19h30, ça va décoller. Le spectacle est dans une demi-heure. Je vais arriver dans la salle, les spectateurs vont me faire : « Surprise » !

Et là non seulement t’as envie de crever dans une Renault Fuego. Mais là le mec se sent toujours obligé de te dire : 

- C’est curieux, parce que la semaine prochaine par contre, on a Pierre-Emmanuel Barré, et lui c’est complet depuis trois semaines, on aurait pu faire six dates d’affilée   - Ah je suis désolé...    - Non, c’est pas de ta faute, c’est un Belge qui a racheté la plus grande usine de la ville, et il l’a délocalisée en Roumanie, du coup on est à 82% de chômage et l’espérance de vie est passée à 47 ans, le côté belge, ça aide moins.

Disons que tourner, au moins ça me rend créatif,  j’imagine des tas de manières différentes de me suicider. Mais cette semaine par contre, je suis allé à Liège pour animer un gala où Tom a été formidable par ailleurs. Vraiment, on a rarement vu un public aussi conquis.

Ça va comme ça Tom ? Et ça me rappelle qu’il faut que je te redonne mon RIB...

Mais du coup, je logeais sur place à Liège et on m’a mis dans une de ces chambres d’hôtel… J’avais jamais vu une baignoire aussi grande. D’habitude, y’a une famille de caïmans qui vit dedans. Le lit... Je vous explique même pas comment il était soyeux. J’avais l’impression d’être couché directement sur les bébés de chez Soupline. La télé était énorme... énorme. Nagui ne m’avait jamais paru aussi grand de toute ma vie. C’était vraiment gigantesque cette chambre, je n’osais même pas me masturber. Je me disais :

Y’a trop d’endroits où on peut dissimuler des caméras, j’aurai jamais le temps de tout fouiller.

Bref, c’était fantastique, fantastique...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter La drôle d'humeur de Guillermo Guiz Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.