Guillermo nous vante ce matin toutes les bonnes raisons de passer ses vacances en Belgique

Ca va les amigos ?

Bientôt l’été là… Moi je suis trop excité, je vais pouvoir partir en Belgique… 

Je décompte les jours… La Belgique, il paraît que c’est… paraît que c’est…

Jeudi dernier, quand Édouard Philippe a fait : « Les Français pourront partir en vacances en France », ça vous a tous soulagés !

Nous euh… Si la Première ministre faisait : « Les Belges pourront partir en vacances en Belgique », on serait là : « Ah… Merci… C’est beaucoup d’émotions… » 

Dans une conversation sur les vacances, y’a jamais personne qui a fait : « Je reviens de Belgique, c’était le fuego, les plages sont incroyables, l’eau elle est turquoise », 

Non, chez nous l’eau elle est couleur baignoire, quand tu viens de laver ton chien. Y’a 40 cm de mousse, Nagui vous en auriez jusqu’à l’humérus, vous ne pourriez même pas profiter. Franchement, je sais que vous rêviez de la côte belge, mais restez à Saint-Tropez, c’est bétonné de partout, ça donne envie de crever dans un bouillon de poule. Au sud, c’est plus joli, mais nos montagnes c’est… allez, disons que quand t’es au sommet, t’as l’impression d’être sur les épaules d’un pote, tu fais de la randonnée, t’as même pas une courbature.

Ca fait rêver personne, des vacances en Belgique,  quand l’Espagne a annoncé la fermeture de ses frontières aux touristes, toute l’Europe a fait « meeeeerde ! ». 

Quand nous on a annoncé que les touristes ne pourraient pas venir, c’est comme si le dentiste avait appelé pour annuler un rendez-vous, les gens se sont fait : « Bah, c’est pas grave, on rappellera pour rebooker une date ».

C’est pour ça qu’autant de Belges vont en France chaque été, hein, c’est pas juste pour le plaisir d’entendre : « Et alors une fois, on veut des frites une fois, frites, frites, frites, et alors comme ça on dit huit, on dit Queen », et j’ai rien contre l’humour de chez Gilbert et Maritie Carpentier, la preuve, je vais rester pour la chronique de Tanguy, mais cet été, je serai bloqué au pays, et sincèrement, maintenant blague à part, ça me va. 

Je vous promets, déjà parce que j’ai envie de soutenir le secteur du tourisme belge, on parle quand même de onze emplois, dont quatre pour branler Manneken Pis. Ah bah ça fait des piques à Pastureau, mais ça kiffe quand même l’humour de vestiaire !

Au-delà, je crois qu’à un moment, y’a une part de caprice dans le tourisme, 

« Attends, j’ai entendu parler d’un petit temple tibétain dans le golfe du Bengale où ils font eux-mêmes leurs genouillères, c’est accessible qu’en sous-marin, mais il paraît que ça vaut vraiment la peine… ».

Ferme tes gencives et va sur Google Image. 

Y’a un moment, faut se rendre compte qu’on ne peut pas tout avoir dans la vie, je crois que c’est Jean-Jacques Goldman, qui disait au sujet des Restos du Cœur : « Ça me casse les couilles de reverser de l’argent aux pauvres, mais y’a que comme ça que je peux faire un duo avec David Douillet », et c’est vrai, moi j’ai la chance d’être né dans un pays prospère, où y’a 0 catastrophe naturelle et où on a la possession de balle dans des demi-finales de Coupe du Monde, c’est pas rien. On ne peut pas tout avoir, en plus en Belgique, on n’a même plus l’excuse de la météo. Avec le réchauffement de la planète, on a plus ou moins le climat du Mozambique, c’est pour ça que les chiffres de la pandémie sont énormes chez nous, c’est parce qu’on compte les gens qui ont la fièvre du Nil.

Regardez mon nez comment il est rouge, les rageux diront la vodka, mais c’est un coup de soleil, même le soleil désormais on l’a.

Après, y’a des pays qui ouvrent cet été, l’Italie, la Grèce, mais sur le front européen, on s’achemine vers des accords bilatéraux entre états qui sont dans la même situation épidémiologiques.

Et je regrette tellement d’avoir écrit cette phrase en l’absence de Leila, la seule qui était apte à comprendre des mots de plus de trois syllabes dans cette émission.

Ce que je veux dire par là, Daniel, c’est qu’avec notre chiffre, on risque d’être les pestiférés de l’Europe, et ça va nous ramener les pieds sur terre.

Comme tous les gens qui étaient en septième ligne pendant la pandémie, je mérite de rester en Belgique.

Sauf si je peux aller à Biarritz, là direct je me casse, allez bonne émission !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.