Guillermo Guiz a eu la chance ce week-end d'espérer accéder au Paradis...

Alors je crois que dans les grandes lignes, je suis... plutôt quelqu’un... qui peut être considéré comme une merde, vous ne le savez pas toujours autour de cette table, parce qu’on se connaît finalement assez mal en dehors de cette heure 27 d’obligation contractuelle.

Mais si le karma existe, dans la vie suivante je serai une roue de tracteur ou une dent de Daniel Morin, je vais payer c’est sûr…

Nouvel exemple ce week-end, j’étais assis à une terrasse, j’étais cool, peinard, je pensais à la mort, 

Quand un homme m’aborde pour me demander 50 centimes, 

Il s’avère qu’à ce moment-là, par hasard, j’ai la somme 

Et je lui donne en me disant on ne sait jamais, y’a peut-être vraiment un dieu au fond, ce serait con de louper le Paradis pour 50 centimes.

Je veux dire, il m’aurait demandé 4 euros, j’aurais pris le risque, mais 50 centimes, c’est l’équivalent d’un huitième de chronique sur France Inter, c’est un compromis acceptable…

Bref je lui donne l’argent, là il me regarde et il me dit : « Vous êtes originaire d’où ? »

Et sa question m’étonne parce que je n’avais pas dit un mot, et tout ce que j’avais fait jusque-là, me semble-t-il, était hyper français, j’avais fait une grimace en sortant l’argent de ma poche, un regard condescendant en lui donnant, puis j’avais détourné la tête l’air de dire « maintenant sors de ma vie pour deux générations, perdant du capital », je ne vois pas comment j’aurais pu être plus français dans l’attitude.

Je vais pas commencer à me balader en permanence avec un Camembert et une photo de Jean-Jacques Goldman juste pour qu’on évite de me stigmatiser, 

Enfin je sais pas, je crois que j’ai pas une gueule de Péruvien et quand on voit comment je suis habillé, on se dit « bon, lui il a pas de goût, mais il a des papiers »

Mais bon, je finis quand même par lui dire que je viens de Belgique…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.