Dans cette chronique, Guillermo Guiz décide de nous faire le bilan de la saison, alors tenez-vous bien !

L’autre jour, j’étais en terrasse, avec Alain Finkielkraut, on parlait de l’émission de Charline. Il me fait : « les Belges, je peux pas, je peux pas ! »

Je lui fais : « Toi tu peux personne, Alain, c’est pas un critère », 

Il ne sait même pas que je suis belge, ça fait vingt ans qu’on est comme ça, il croit toujours que je viens du Vercors. Là, on a débriefé ma saison… Il m’a fait : « Ernesto, fils du croissant de Lune, je t’ai pas beaucoup entendu cette année » 

J’étais là « Sans blague, d’habitude, je fais 45 chroniques par an, là, j’en ai fait six », y’a eu six semaines normales sur l’année, le reste du temps c’était l’apocalypse. Entre les grèves, le confinement, mon bébé avec Leila, que je salue d’ailleurs, il s’appelle Nagui, mon fils, ma bataille. Ouais, on l’a appelé Nagui, en tout cas jusqu’à sa puberté, dès qu’il aura une taille normale, on lui donnera un vrai prénom. Robert, je pense, parce qu’on l’a conçu à Béziers, devant le maire de la ville, qui était avec son filleul, Tom Villa.

On lui fait un gros bisous à Leila, qu’est-ce que ça manque dans cette émission, une question qui tient la route… Reviens vite.  Signé : les invités. 

Quelle saison putain ! 

Et je vous dirais bien « On se revoit en septembre », mais bon, va savoir, si ça se trouve en septembre, le président ce sera un des Chevaliers du Fiel, Premier ministre, Enrico Macias, à la Culture, Sophie Davant. Elle aura revendu Radio France en pièces détachées, à des antiquaires amateurs, « Le bureau de Laurence Bloch, 120 euros, 170 avec les sachets de coke ! », ça peut être hallucinant les changements, peut-être que le virus va muter atrocement et que l’équipe de France va jouer un football offensif, peut-être que La Bande Originale sera présentée par un zombie, et je ne dis pas que ce serait moins bien avec Tanguy Pastureau...

Je dis juste qu’inviter uniquement Michel Sardou , Jean Reno et Véronique Genest, limite ça va, mais quand il va faire une semaine spéciale Brigitte Bardot, ça va se voir qu’on s’est droitisé, ça va déstabiliser nos auditeurs, enfin ce qu’il en restera, vu la canicule, hydratez-vous par pitié, en audience on était premier avant la pandémie, là on est repassé 17e. Il a fait du mal ce confinement, enfin ceci dit, ça fait quatre mois que j’ai pas de MST, record battu. Abstinent si longtemps, ça m’était arrivé qu’à l’école primaire, et pourtant j’ai grandi en Belgique. Mais une abstinence pareille, j’ai peur que ça altère mes comportements à long terme...

Regardez Daniel, il n’a pas ken depuis la victoire de l’OM en Ligue des Champions, ça vous frappe pas sur Zoom ? Il fume clope sur clope, on voit jamais un cendrier ! Vous croyez qu’il les mets où, ses mégots ? Voilà, c’est mon nouveau genre de blagues, faut ratisser large pour récupérer des auditeurs, et si vous avez des plaintes, réécoutez la chronique d’Agnès Hurstel d’hier, sur les doigts.

On a vécu une pandémie putain, si ça se trouve en septembre, on va avoir pire qu’une pandémie, vous savez ce qu’il y a de pire qu’une pandémie ? Deux pandémies ! Je vous ai dit, j’arrête les blagues sophistiquées « Une pandémie ? Non, deux pandémies ! » 

Voilà, ça fait rire les enfants, et les enfants d’aujourd’hui, c’est nos auditeurs de dans 80 ans, je travaille pour l’équipe, vas-y, Albert, tire sur mon doigt !

Tiens en parlant de Ganache, si ça se trouve en septembre, y’aura une guerre, et comment vous dire qu’en Belgique…  on a déjà le plus de morts par habitant quand on se bat contre un virus, j’ose même pas imaginer si l’adversaire a un képi. Fanny Ruwet et moi, en septembre, on sera peut-être dans les tranchées, je serai là : «  Attaque, Fanny, attaque, attaque ! » J’ai fait quatre saisons sur Inter, obligé, je serai son sergent, elle devra obéir.

On ne peut plus rien prévoir, peut-être qu’on aura une famine en septembre, et là on verra qui critique encore la cantoche de Radio France, tout ça parce que son plat signature, c’est les carottes râpées. 2020, c’est l’année où on a appris qu’on ne savait rien, et qu’on ne pouvait rien prévoir, mais si on s’en sort, je serai content de vous retrouver en septembre, avec ou sans zombies.

Allez bonne émission !

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.