Guillermo a décidé de se prendre en main et de prendre soin de sa santé en se mettant au sport

J’aime bien faire le papier 12h20, c’est plus court, et rapport au titulaire habituel, t’as pas la pression de la qualité. J’en parlais avec Jean-Baptiste, notre rédacteur en chef toxicomane, qui me disait : « Tu sais que je suis cul et chemise avec Isabelle Balkany ? » Je dis « oui, mais par rapport à ma chronique ? » 

Il me dit : « Ah... ouais, heu... ben exceptionnellement, t’as le midi 20, du coup, y a qu’une consigne, éloigne-toi le plus possible de l’univers de Daniel. » Je fais « Daniel il a univers ? Enfin tu me connais je suis pas un ayatollah de la sémantique mais... »

Il me dit : « Ernesto, tout ce que je te demande, c’est de faire un truc que Daniel ne fait jamais... »

Je dis : « Quoi, du sport ? »

C’est vrai que la dernière fois que Daniel a fait du sport, l’activité ne s’appelait pas encore du sport, on disait juste « N’irions-nous pas nous dépenser ? » or justement, j’ai repris le sport, tout ça pour ça... 

Elle était longue cette intro, oh elle était longue, c’est Alexis qui a co-écrit mon texte ou bien ? Non, j’ai repris le sport, je tenais à le dire à l’antenne, parce que je crois que j’ai des amis qui me voient maigrir et qui n’osent pas trop demander ce qui m’arrive, dans leur tête ils se disent : « Cancer ? Sida ? De toute façon, il l’aura pas volé » 

Non, j’ai juste repris le sport, parce que j’ai vu une photo de moi torse-nu cet été, et ça m’a donné envie de crever dans un port de pêche, franchement, je me suis dit : « Ernesto, fils d’Arielle Dombasle et d’un poisson-chat, t’as 37 ans, tu pues le déclin, t’es sur la route de l’incontinence, et on salue Albert !

Mais si tu te reprends en charge, il te reste encore une dernière chance d’avoir le corps de Laurent Romeschko.

Mais pour ça, faut que tu prennes un coach sportif, et j’ai pris un coach sportif... Putain... Je me dégoûte tellement... 

A quand une chronique : « J’ai rencontré le patron du Medef, un mec en or... Il m’a offert une usine, je l’ai revendue ! »

Samedi j’étais à Mérignac, pour une soirée de soutien aux ouvriers de Ford Blanquefort qui se sont fait virer en masse, j’ai vu Philippe Poutou, vous croyez que je lui ai fait : « Ah bah Philippe, je t’ai pas raconté, mon coach sportif, il me pousse dans mes derniers retranchements », il m’aurait dit « C’est marrant, ça me fait pareil avec mon conseiller Pôle emploi fils de pute », c’aurait été indécent de faire ce genre de blagues dans une atmosphère où les gens sont vraiment de  gauche, c’est pour ça que je me suis dit je vais les faire sur France Inter, après tout c’est devenu la radio de Tanguy Pastureau.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.