Guillermo sort son deuxième spectacle ce qui représente une grosse pression...

Comme vous le savez, chroniqueur sur Inter, je ne fais ça qu’une fois tous les sept jours, comme ma vaisselle, c’est pour ça qu’il y a tant de similitudes entre mes chroniques et mon évier, c’est jamais vraiment propre, mais parfois y’a des bonnes surprises « Oh, une blatte ! Dans un verre à champagne ! Et on dit que je ne fais rien pour la biodiversité ! »

Non, je ne chronique pas tous les jours, Dieu m’en préserve, ça use les gens, regardez Daniel, vous croyez qu’il a toujours été aussi bougon ? Ah il est bougon, à côté de Daniel, François Berléand il a l’air euphorique, et bien moi j’ai vu des images rares de Daniel qui sourit, y’a six ans, au début de l’émission, c’est pas la même personne, quand il sourit, Daniel, il ressemble à Mickael Vendetta, allez, avec sept dents sur dix.

Donc, ça me va, une fois par semaine, c’est assez, le reste du temps, je fais du stand-up, là je sors un deuxième spectacle et Tom est bien placé pour le savoir, on a la pression du deuxième, parce que moi le premier, allez… « reste pudique, reste pudique, reste pudique, y’a des gens, reste pudique ! »

Pour vous donner un exemple, Blanche Gardin était venue le voir, elle m’avait dit : « Ok, ben voilà, j’arrête l’humour ! »

J’étais là : « Mais Blanche, tu t’en fous, c’est bien aussi ce que tu fais, d’une certaine manière, chacun selon ses moyens, regarde Michel Leeb », elle m’a fait : « Ernesto fils de la Grande Ourse, t’es indépassable, t’es Haroun Tazzieff, t’es Cyril Lignac, t’es C. Jérome » C’est du gâchis, même si elle est restée dans l’écriture, Blanche, là elle aide Tanguy Pastureau avec les discours de Nicolas Dupont-Aignan, donc ça va,

Mais en vrai, j’ai la pression, parce qu’un deuxième spectacle, c’est comme un deuxième enfant et théoriquement, tu réussis toujours mieux ton deuxième enfant. Regardez les frères Bogdanov, Igor il ne ressemble à rien, alors que Grishka, il est nickel, t’as envie de lui lécher sa sueur.

J’ai la pression, et surtout, c’est là qu’on va voir si je suis vraiment un artiste, moi je ne me suis jamais considéré comme un artiste, pour moi un artiste, c’est Chopin, c’est Kubrick, c’est Michel-Ange, moi 80% du temps, je parle de ma bite, les 20% qui restent, je parle de la bite des copains.

Vous verrez Nagui, si on devient proche un jour, ça va finir dans un sketch, cette histoire de circonférence.

Ben voilà, Michel-Ange, il ne peignait pas des bites, quoique…

Je suis allé au Vatican, récemment, j’intervenais dans le colloque « Poppers et célibat des prêtres » et pendant l’exposé de Leila, le pape François m’a montré la chapelle Sixtine, en particulier la Création d’Adam, ben Adam il est à oualp, Michel-Ange a dû lui dessiner une teub, par par parenthèse, la plus disproportionnée de l’histoire de l’art, le pauvre, c’est pas une teub, c’est un crochet de rideau. Tu vois ça, tu te dis : Le péché originel, ce que tu veux, mais Eve elle a pas dû sentir grand-chose, quand Adam lui a fait : « Je peux avoir ton numéro », Eve lui a dit : « Non, je vais plutôt prendre le tien... »

Ceci dit, je doute que Michel-Ange ait peint toute cette fresque uniquement pour ça, qu’il se soit fait : « Hummm mon truc c’est dessiner des bites, mais il me faut un contexte » 

Qu’il ait appeler ses apprentis en mode : « Les gars j’ai un délire, ça va peut-être nous prendre 30-35 ans de nos vies, mais y’a moyen de bien rigoler ! »

J’en doute… 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.