Marina est stupéfaite par la nouvelle fonctionnalité de Netflix : pouvoir regarder tous les contenus du catalogue en accéléré...

Aujourd’hui je voulais réagir à l’annonce faite par Netflix la semaine dernière que la plateforme de streaming de contenu allait permettre de visionner son catalogue à différentes vitesses y compris en accéléré…

Pour les gens qui ne sont pas tout à fait familiers avec ce monde je rappelle donc que Netflix est une plateforme qui propose des émissions reportages, des documentaires, des séries et des films de fiction…

C’est pas donc vraiment un outil qu’on utilise pour bosser ou pour écrire une thèse.

C’est vraiment fait pour se divertir.

Et là on nous propose de le faire plus vite.

Sachant qu’on pouvait déjà, grâce au fait que les séries sortent une saison en bloc et non plus de manière hebdomadaire… On pouvait déjà donc faire ce qu’on appelle “binger” du contenu. Du verbe binge en anglais qui veut dire s’empiffrer.

Et que depuis quelques années on ne parle plus de films ou de série mais bien de contenu.

Les arts audiovisuels devenant donc une espèce de matière indifférenciée dont on peut s’empiffrer. Et bah là bonne nouvelle : on va pouvoir faire ça plus vite !

Vous les voyez les questions existentielles qui pointent le bout de leur nez ?

Déjà va falloir trouver un autre terme que binger.

Gober, aspirer

“Ce weekend c’était super j’ai ventousé 28h de contenu.

- Ah ouais c’était quoi ?

- J’aurais du mal à dire j’ai regardé ça en vitesse x4, à moment donné y avait Christian Bale dedans…

Ou une très belle fouine, mais en tout cas c’était top.”

Mais surtout qu’est-ce que ça dit de nous qu’on veuille voir des trucs…

Mais pas au point de vraiment prendre le temps de les regarder ? 

Qu’est-ce que c’est que cette idée de même quand t’es censé te détendre vouloir déjà être au bout de la chose ?

Moi c’est une réflexion que je m’étais fait à l’époque où je bossais dans des bureaux.

Car oui j’ai travaillé dans des bureaux les amis, dans la com plus précisément.

J’avais pas vraiment fait les études pour mais j’avais un bon cv, je me suis bien débrouillée en interview et donc j’ai réussi à me faire embaucher dans la boîte de mon père.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La drôle d’humeur de Marina Rollman
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.