Ce matin, Marina fait le point sur tout ce qu’on consomme pour pas consommer plus...

Bonjour les amis,
Bonne année, nouvelle année, bonnes résolutions je me suis donc dit que j’allais placer 2020 sous le signe de la décroissance…
Donc long terme je vais essayer de moi même décroître… 
Je dors les pieds contre le mur et je rapproche un peu plus mon lit chaque soir… 
J’espère d’ici la fin de l’année passer sous la barre des 1m60… Chaque geste compte.
Mais à plus court terme j’ai commencé par faire le tri chez moi.

Et ça m’a permis de me rendre compte que j’avais un vrai vrai problème de…
Tote bag.
Les tote qu’est-ce ?
Ca se prononce comme la contraction de taupe et hôte… 
Comme une taupe qui vous inviterait chez elle et qui dirait « je peux prendre ton manteau… oh des fleurs fallait pas… je suis désolée je crois j’ai trop cuit le rôti etc. »
Mais ça n’a rien à voir avec un mammifère fouisseur qui vous inviterait à dîner non… 

C’est le nom qu’on donne à ses sacs réutilisables en coton dans lequel toute personne soucieuse de l’environnement devrait aujourd’hui faire ses courses pour ne plus bêtement utiliser des sacs en plastique qu’on jette après usage.
Si vous me ressemblez un peu généralement votre tote bag sera affublé d’un slogan en anglais qui vente les mérites d’une librairie indépendante, d’une foire d’art obscure ou pourquoi pas d’un dessin de clitoris… 
Et vous le baladerez gaiement entre les étals d’un marché bio et éthique pour fourrer vos navets…
Mais si vous avez envie de mettre dedans des boulons ou des VHS de « c’est mon choix » ça marche aussi.

Sauf que moi bah… Je les oublie.
Donc quand j’achète des trucs bah je rachète un tote bag avec. Et maintenant j’en ai trop. Et c’est en train de prendre des proportions ingérables. On dirait qu’ils se multiplient. On a du leur donner une pièce.

On est en train de se demander si vraiment on veut avoir des enfants un jour… Parce qu’on saurait pas où les mettre…
Y a des totes partout.
C’est ce qui explique le prix du mètre carré à Paris. La pièce à tote bags.
Des armoires entières qu’on a dévouée à une conscience écolo débile parce qu'en vrai faut que tu l'aies sur toi pour qu’il serve à quelque chose ce foutu sac réutilisable.
Là c'est un mi cuit de la volonté, tu l’achètes mais tu le prends pas…
C’est comme draguer quelqu’un avec des messages qui se terminent uniquement par des points de suspension.
Va au bout de la démarche.

Et hier j’ai du faire face à l’inéluctable.
Malgré la culpabilité monstre un jour…
Va falloir se résoudre à les jeter.
ALORS MÊME QUE C’EST DANS LE TITRE : réutilisables.
Sauf que là faudrait que j’achète un 120 kilos de pois-chiches et 3 jeux complets d’encyclopédies par jour pour les utiliser tous ces bordel de tote bags.
Mais je les garde quand même. Au cas où.
Et puis parce qu’il faut.
Je les ai pris avec toute la légèreté du monde mais une fois que tu l’as, faut le garder. C’est comme un chien mais en moins dynamique.

Mais donc un jour c’est sûr on va finir par les bazarder. Un puis deux… Puis ça va être un mouvement mondial. 
Les gens vont se soulever contre la dictature du tote bags.
On va se mettre à les balancer partout, ça va être l’anarchie. 
Les gens les jetteront en roulant par la fenêtre de leur bagnole, sur les côtés des pistes de ski, dans les toilettes.
Et si on ajoute à ça qu’en 2019 seulement j’ai perdu pas une, pas deux mais TROIS GOURDES.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.