Ce matin, Marina Rollman raconte ses tiraillements de bobo gauchiste face à la culture...

Bonjour les amis,

Samedi se déroulait dans plusieurs villes et notamment Paris où je me trouvais le festival “Nuit blanche”. On avait donc accès gratuitement à des dizaines de musées, d’oeuvres éphemères, de performances, de visites, bref un programme culturel extraordinaire… Et donc logiquement… Moi… Samedi soir…

JE SUIS RESTÉE CHEZ MOI ! 

COMME UNE IMMENSE PATATE ! 

À REGARDER UNE SÉRIE !

Et c’était merveilleux. Mais je m’en suis voulu. Et pourtant on était si bien sous la couette.  Mais c’était mal. Et c’est peut-être ça qui était génial. Je suis tiraillement France Inter ! Et je suis sûre qu’il y a plein de gens qui nous écoutent qui ont le même sentiment que moi. J’ai un rapport culpabilisé de pseudo bob gauchiste à la culture… J’ai une notion de mission… “il faut, c’est bien, pas envie mais c’est nécessaire !”

Depuis toujours, y’a une voix dans ma tête qui me dit des trucs genre :

“IL FAUT ALLER VOIR DE L’OPERA EN TCHEQUE !

IL FAUT ALLER VOIR DE LE DANSE CONTEMPORAINE A BOBIGNY !

IL FAUT ALLER VOIR ADELE EXARCHOPOULOS QUI RECITE LES ACCORDS D’OSLO A CHAILLOT !” 

Et moi je suis là “mais pourquoi ?”

Et ta petite voix elle est là : “PARCE QUE SINON LES NAAAZIIIIIS !”

On les oublie souvent les nazis.

Du coup merci à tous les gens qui sont allés à la nuit blanche, merci à tous ceux qui nous écoutent en ce moment, merci à tous les gens qui se cultivent d’être là pour repousser le 4è Reich. Mais en vrai c’est un mensonge. La culture comme rempart à la barbarie...

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La drôle d’humeur de Marina Rollman
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.