Marina Rollman commence, avec ses interventions drôles et fines dans la Bande Originale, à bénéficier d'une certaine notoriété qui lui permet entre autre de recevoir des messages sur les réseaux sociaux. Et éventuellement de se faire draguer... Sauf qu'elle constate une érosion du soin apporté aux dits messages.

Bonjour, je m’appelle Marina Rollman. Vous m’avez peut-être déjà entendue dans la Bande Originale de vendredi passé. Ou encore dans la Bande Originale y’a deux semaines. Ou encore dans la Bande Originale y’a bientôt un mois. Bref je commence à avoir ma petite notoriété, si vous êtes un fidèle auditeur de la Bande Originale. Ou si vous êtes décédé sur le sol de votre cuisine pendant le 7-9 et que personne ne s’est encore soucié d’éteindre la radio.

Mais donc, mine de rien, y’a des gens qui me suivent sur internet. Ce qui me vaut le plaisir de me faire draguer par des inconnus. Alors on va évidemment m’intenter un procès en prétention :

“Ah la fille elle se prend une bombe, genre elle se fait draguer. Ça va c’est pas Scarlett Johansson non plus”

Je vous dis ça parce que c’est un truc que j’ai vraiment lu une fois sur internet. Y’a un type qui avait écrit de moi sur un forum :

“Marina Rollman elle rigolote… et elle est jolie”.

Et dessous y’a un mec qui avait mis :

“Ouais enfin, ça va… c’est pas Scarlett Johansson non plus."

Pourtant à aucun moment, je ne cherche à entretenir l’ambiguïté ! Si je te tends une carte de visite c’est pas marqué :scarlettejohanson@wanadoo.fr dessus. C’est tellement étrange cette idée : "C’est pas Scarlett Johanson". Bah non, je suis pas une autre personne… M’enfin… Ça devient métaphysique. Si on se met à lister toutes les personnes que je ne suis pas, ça va prendre des plombes.

Mais donc même si je ne suis pas quelqu’un d’autre, étant déjà relativement occupée à être moi. Sauf le jeudi entre 14h et 15h où je me glisse dans la peau de Jean-Luc Reichmann. Pour voir ce que ça fait. Eh bah vous apprendrez que c’est hyper joli chez lui. Il a une véranda très coquette. Un coin lecture avec un yucca adorable. Franchement on est bien chez Jean-Luc…

Mais donc le reste du temps, je suis moi et je reçois des messages de toutes sortes. Evidemment, parmi ceux-ci il y a le classique, l’indémodable, celui qui est un petit peu à la correspondance virtuelle… Ce qu’est la boîte de mon chéri quand on est invité chez des personnes de plus de 60 ans qui leur permettra de se murger la gueule dès 15h sous couvert de “gourmandise”… Bref le message qui fait toujours plaisir :

C’est la photo de pénis.

Après je dis ça, mais en vérité, elles sont variées : Qui de le mettre en perspective à côté d’une canette… Qui armé d’une télécommande… C’est la fantaisie de chacun qui s’exprime ! Mais récemment j’ai eu l’impression qu’il y avait érosion du soin apporté à ces petits messages. Alors on me dira que quand on a faim, les standards baissent. Qui a déjà fait un tour sur Tinder sait que même avec une photo de toi de dos avec un casque, étant une femme, on va venir te parler. T’as vraiment pas besoin d’en faire beaucoup pour que les types t’envoient :

“Salut, j’ai vu que t’avais deux mains. Je voulais savoir si on pouvait se marier”

Mais là depuis quelques temps on m’envoie juste des “h”. Pas hello. Pas hey. Pas hé. Juste “h”. Alors autant y’a des gens, je suis d’accord, qui investissent peut-être un peu trop dans l’amour. On voit par exemple chaque week-end devant chaque boîte de nuit cette jeune fille, sans veste, qui pleure au téléphone.

“Tu m’avais dit que tu rappellerais... T’as pas rappelé après j’ai vu que Jérémy. Il a dit qu’il avait vu que Robin, il t’avait appelé avec le téléphone d’Akim. Pourquoi toi tu m’as pas rappelée”

Bon là moi, franchement meuf : Vive les vagins, sororité, Me Too,... tout ça ! Mais en l’occurrence, même moi, je t’aurais pas rappelée. Cela dit entre ça et qu’on essaie de te draguer en t’envoyant juste une consonne. Je suis pas Scarlett Johansson. Mais je suis un peu Jean-Luc Reichman. Faites un effort bordel

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter La drôle d’humeur de Marina Rollman Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.