Hier, Marina Rollman a assisté à un accident de voiture dans une rue de Paris. Et cet accident a bouleversé la vision qu'elle avait des connards, qu'il soit à bord d'un véhicule ou armé d'un téléphone dans les transports.

Personne n’a été blessé mais hier j’ai vu un accident de voiture. Alors je devance la question de Daniel Morin : Non… Les conducteurs impliqués n’étaient ni des femmes, ni un jeune conducteur... Non ce qu’il s’est passé : Y’avait un monsieur dans une camionnette qui cherchait son chemin. Il savait pas s’il voulait tourner ou continuer tout droit. Donc il a pas démarré tout de suite quand le feu est passé au vert. Et, la scène se déroulant à Paris, évidemment le type derrière pète les plombs !

Il mord son volant. Se met à klaxonner avec le front. Il écume. Il traite celui de devant de tous les noms : “Sale merde, connard, Tom Villa !”.... Tellement que le premier a pris peur. Il a démarré et il est allé directement se planter dans un poteau. Le type de derrière pour montrer sa colère a voulu partir dans une espèce d’embardée hyper nerveuse en lui faisait des doigts… Mais il a mal négocié et il est allé se planter dans le premier type.

Et ils sont sortis comme des cons et ils ont commencé le constat et j’ai réalisé à ce moment-là, ils allaient passer beaucoup plus de temps ensemble. Que si le monsieur de derrière s’était dit : “Bon, je vais perdre dix secondes de ma vie mais c’est dix secondes en fait on s’en fout ! “

Alors que là, ça a pris des plombes. Le type a loupé son rendez-vous qui était supposément si urgent. Ils sont allés prendre un café en attendant la dépanneuse. Plus 3 semaines de paperasse, clairement maintenant ils sont dans leurs vies respectives  pour un moment. Quand tout sera fini, ils auront échangé plus d’informations l’un sur l’autre que je l’ai fait avec certaines de mes conquêtes.

Y’a plein de garçons avec qui j’ai eu des aventures… JAMAIS j’ai parlé à leur assureur !

Mais donc cet automobiliste qui au départ de l’histoire était tellement pressé qu’il pouvait pas attendre 10 secondes, au final il a perdu des heures. Et ma question c’est : et si inconsciemment c’est ce qu’il voulait depuis le début ? Un excuse pour faire une pause, pour parler à quelqu’un. 

Je me suis demandé : Mais au fond, est-ce qu’on se méprend pas sur les raisons pour lesquelles les gens dans les grandes villes sont antipathiques ? Est-ce qu’être un connard ce n’est pas une manière de créer du lien ? Parce que dans une petite ville, un rien te fait d’exister.

Tu gagnes le loto des aînés, t’es une resta pendant 3 mois. T’entretiens bien tes tuyas, t’es un notable. T’as une belle moustache, ça remplace quasiment une personnalité. Même chose dans un petit pays. Moi, depuis que j’ai fait ma chronique sur le président de la confédéraiton helvétique, IL A LIKÉ UNE DE MES PHOTOS INSTAGRAM ! Parce que voilà la Suisse, on est un pays de 8 millions d’habitants. Dont 6 parlent des langues que la décence m’interdit d’évoquer ici. Donc parmi les 2 restants c’est aisé de te sentir exister.

Mais Paris ? Si grande ! Si remplie de personnalités flamboyantes ! Ça te pousse à des extrémités insensées si tu veux avoir l’impression qu’on te voit. La ville regorge de ces êtres qui désespèrent de surnager. Nagui : excellent exemple ! On regarde ses chaussures. On sent tout de suite que c’est quelqu’un qui a peur de sombrer. Et pourtant à Paris, à peine ça lui vaut à peine que Julien Doré lui jette un cil. Alors que s’il se fringuait comme ça dans une ville de moins de 300 000 habitants, on lui jetterait du gravat dessus… Déchéance de nationalité directe…C’est touchant.

Autre exemple évident : Les gens qui hurlent au téléphone dans les transports. 

- TU M’ENTENDS ? NAN JE DISAIS LE PROJET AVEC SHARON STONE SE FAIT FINALEMENT. ATTENDS JE TE RAPPELLE JE SUIS DANS LE TRAIN ! TU M’ENTENDS ? TU M’ENTENDS JE T’ENTENDS PAS ? TU M’ENTENDS LA ? Ouais, je disais je t’entends pas… ouais je vais te rappeler parce que là je t’entends pas… Alors je te rappelle… TU M’ENTENDS ? JE DISAIS JE TE RAPPELLE.

Bon là a priori vous, moi on ne perçoit que le sous-humain, que le sac à vomi. Mais en vrai, derrière cet être odieux, y’a un petit garçon effrayé. Quelqu’un qui veut exister. Tout ça pour dire : soyons gentils les amis. Au fond les connards sont des oiseaux blessés qui veulent simplement que le monde leur dise :

“JE T’ENTENDS ! TU M’ENTENDS ? PARCE QUE MOI JE T’ENTENDS !”

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.