Marina est épatée par l’art des Français à pouvoir se disputer verbalement tout en restant les meilleurs amis...

Hier je dinais avec des amis et je me suis dit quand même les Français, s’il y a un truc qu’on peut pas vous enlever… un truc que vous savez faire, au-delà du vin, des avions de chasse et des serviettes de plage à l’effigie de Johnny Hallyday c’est bien : la conversation.

D’ailleurs y a le festival des conversations qui s’est achevé mercredi.

Y a pas à dire qu’est-ce que vous causez. Mais qu’est-ce que vous causez.

Mais bien hein. 

Mais qu’est-ce que vous kiffez ça.

Vous aimez tellement ça, vous êtes prêts à monter de toute pièce des engueulades juste pour que ça dure plus longtemps.

Combien de fois je me suis retrouvée dans un groupe avec que des Français, il y a un début de conversation mais on tombe vite tous d’accord donc bon l’ambiance retombe un peu et là… Y a une espèce de démangeaison de groupe qui s’installe. Une petite fébrilité, une ambiance d’avant penalty….

Tu sens ça va partir, tu sais pas d’où mais c’est sûr y a un missile anti-char qui va t’arriver dessus entre le fromage et le dessert.

Et ça manque jamais au bout d’un moment que ça frétille de malaise... Ça vous fait chier de voir tout le monde d’accord comme ça y a la plus téméraire qui se lance avec une fausse douceur qui reprend le sujet d’avant et qui dit :

« Bon je suis complètement d’accord sur le fond après, je vais faire un peu l’avocate du diable mais... »

ET BAM ! C’est niqué. Personne sort de cette pièce avant 2h du matin. C’est la 3ème guerre mondiale.

C’est surréaliste comme spectacle quand t’es pas née là.

T’es entouré de gens qui s’aiment à la base. 

Qui se connaissent depuis des années qui sont parrain de leurs gosses mutuels qui se recommandent des kiné, je veux dire des potes des vrais qui finissent par se dire des trucs genre : “Je peux finir ? JE PEUX FINIR ?!”

Mais ce qui est encore plus dingue pour moi, c’est qu’après vous être dit des trucs :

“Toi on sait où t’aurais été pendant la guerre.

Tu me dégoûtes. T’façons j’ai toujours détesté ta gueule… surtout depuis qu’on est mariés”

Après ça sans transition, on passe à :

“BON ! Je vais à la cuisine quelqu’un veut un café ?

- Ah bah je te prends volontiers un déca ouais… demain je me lève, j’emmène la petite au jujitsu.

- Oh choupette elle doit être trop mignonne.

- Ouais je te montre j’ai des photos”

Et en fait… vous étiez pas VRAIMENT fâchés ! Les trois heures d’avant c’est comme le racisme anti-blancs, ça n’a jamais existé.

Et c’est pas que vous avez des problèmes de mémoire à court terme. C’est juste que le débat rentre dans l’art global de la conversation et que vous pratiquez ça pour la beauté du geste.

Comme une démo d’arts martiaux, vous avez fait toutes les prises mais personne s’est fait mal.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.