Marina s’interroge ce matin, sur notre rapport à nous, les humains, avec l’alcool.

Je me faisais cette réflexion ce weekend… si tu dézoomes, si tu devais expliquer l’alcool à un extra-terrestre…

C’est un jus, facile à se procurer, qui te donne chaud, enlève les soucis, te désinhibe, te désangoisse, te rend euphorique. Et donc la question c’est : Mais pourquoi on le réserve aux moments où tout va bien ?!

Pourquoi on en prend que quand on est entourés de gens qu’on apprécie, qu’on a rien d’autre à faire que de profiter, qu’on a à manger, qu’il fait chaud, qu’il y a pas de prédateur… en gros qu’on a tout pour kiffer ?!

Alors que quand on fait la queue à la Poste, qu’on va demander un prêt à la banque, qu’on passe un examen, qu’on va chez le dentiste, qu’on va voir un spectacle de fin d’année, qu’on va au boulot là on tient absolument à être sobre.

Là on veut vraiment avoir tous les sens en éveil…  Être vraiment en pleine possession de nos moyens… Pour jouir de chacun de ces instants magiques que l’existence propose. Alors que c’est là qu’on devrait se pinter la gueule !

Déclaration d’impôts : on devrait être à 3 grammes, visite chez IKEA : coma éthylique.

Qu’est-ce qu’on a besoin de les vivre ces moments ? T’imagines que dans un mariage, la partie où il y a un monsieur qui fait semblant de connaître les mariés, qui dit des trucs gênants que personne comprend… Qui très clairement il refourgue le truc bateau qu’il a dit au mariage précédent en changeant les prénoms… Bref pendant cet interminable seul en scène pseudo mystique… ON EST SOBRES.

Mais qu’en revanche on se nique le foi pour oublier la partie où on aurait fait que rigoler et danser ?! Essaie d’expliquer ça aux aliens !

“Nous notre truc sur cette planète c’est quand on va pas bien on veut vraiment être là... tout bien ressentir… et quand on se marre on essaie vraiment de s’anesthésier l’âme. Si on peut ne pas en avoir de souvenirs c’est idéal.”

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La drôle d’humeur de Marina Rollman
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.