Marina Rollman décrit sa conception du phénomène de boboïsation, ou gentrification, ce phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s'approprient un espace occupé par des habitants moins favorisés, transformant le profil économique et social du quartier au profit exclusif d'une couche sociale supérieure.

Aujourd’hui les amis, je voulais vous parler de gentrification. Alors la gentrification qu’est-ce que c’est ?

C’est si t’es un petit blanc, pas trop pauvre, de moins de quarante ans… Et que par exemple t’as envie de manger tamoul.

La gentrification c’est…Au lieu d’aller dîner dans un resto tamoul, qui se trouve dans un quartier tamoul, avec autour des magasins tamouls, et à proximité des Tamouls qui font le genre de trucs qu’ils aiment bien faire genre…Habiter. ET APRES DE RENTRER CHEZ TOI !

Plutôt que de faire ça donc, toi, ton pouvoir d’achat et ton petit chignon…Plutôt que de juste aller manger dans le quartier tamoul, vous emménagez. Tu ouvres toi-même un resto tamoul…ALORS QUE TU N’ES PAS DU TOUT TAMOUL !

Tu es très blanc ! Tu prétends que tu es un quart cheyenne mais c’est comme Johnny Depp, c’est surtout une excuse pour mettre des bijoux.

Tu ouvres donc ton resto tamoul. Dans ton resto tamoul …Y’A PAS DE TAMOULS ! Et d’ailleurs bientôt dans ton quartier tamoul…Y’a plus de TAMOULS !

Y’a que des gens comme toi…Y’a pas de vieux, y’a pas de bébés, personne n’a un vrai métier…Moi je n’en peux plus je suis dans le 9e en ce moment, y’a que des trentenaires qui errent comme ça entre des restos de bimbimbap et de tacos, qui ont l’impression d’exercer leur libre arbitre, d’être en rupture totale avec les conventions…Tout en faisant la direction artistique d’une pub Mercedes. Qui se touchent en parlant diversité sur un vélo à 2000 balles… Entre un magasin APC, et un artisan vannier fromager, qui te disent des trucs en vapotant genre

« Attends c’est l’enfer, Trump, comment il dérégule la protection de l’environnement… »

C’est pour ça, moi aux States je ne vais plus qu’en Californie… Ouais, on y est souvent avec Jess pour le boulot mais c’est vrai que là-bas, tu respires… tu ne sens pas tout le truc hyper républicain. C’est juste chiant, les douze heures d’avion.”

(Il s'agit d'une rediffusion de la chronique du jeudi 12 avril 2018)

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.