Hollande, Sarkozy et maintenant Valls. Après le grand ménage politique, Pierre-Emmanuel se demande de qui il va pouvoir dire du mal dans ses chroniques.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.