Thomas Wiesel explique ce matin qu'il aime rire du malheur des autres, et pourquoi c'est salutaire !

Pendant ma jeunesse, donc après-guerre, Albert, on m’a dit pleins de trucs et j’en ai pas retenu la plupart, sinon je pense que je serais pas ici. Une des leçons que je comprenais difficilement c’est “il faut pas rire du malheur des autres”, j’ai pas compris tout de suite pourquoi. Quand on dit il faut pas accepter de bonbons d’inconnus ou de faire un casting pour Jean-Marc Morandini, oui là je comprends.

J’avoue, je ris souvent du malheur des autres. Par exemple moi quand il pleut ça me fait chier et après quand je vois que mes voisins ont mis du linge à sécher dehors, ça va mieux. Les allemands ont un mot pour ça, Schadenfreude. Je prononce juste, Albert? Toi qui les as bien connus quand ils étaient là. Dommage que les Allemands n'aient pas de mots composés pour dire “tiens peut-être qu'on va pas voter pour le mec excité avec la petite moustache il a l'air un peu intense et je crois qu’il vient de dire mort aux juifs”.

C’est salutaire de rire du malheur des autres. Surtout que je consulte régulièrement l’actu, qui n’est qu’un condensé du malheur de toute la planète, donc parfois j’utilise un malheur pour consoler un autre. Par exemple je vois le traitement des Rohingyas en Birmanie, ça m’attriste, pis après je vois que Sens commun, spin off de la manif pour tous a dû annuler son grand évènement de rentrée parce que plus aucun politicien voulait venir, et ça me fait plaisir. C’est un nouveau concept la manif pour tous, mais avec personne. C’est plus facile à compter, remarque: “Aucun manifestants, selon la police”. “Zéro papa, Zéro maman !” Ça sonne moins bien. Ou par exemple l’autre jour j’ai vu qu’un mec est mort brûlé au festival Burning man. Ben pour lui c’est plutôt embêtant, mais pour nous c’est quand même très drôle. J’en profite pour dire aux auditeurs que si vous allez aux Solidays, vous n’êtes pas obligé d’attraper le sida.

Voilà, je ris du malheur des autres, j’irais sans doute en enfer, même si c'est pas dans les dix commandement hein! Y a “tu ne tueras point tu ne voleras point tu ne convoiteras pas la femme de ton voisin”, ou selon Daniel Morin, trois façons de passer une soirée de merde. En plus, moi je ris constamment de mes malheurs, et dans la bible, c’est dit qu’il faut traiter son prochain comme soi-même. Attention ça veut pas dire que si t’es excité faut masturber son prochain, sauf si tu bosses dans le cinéma visiblement.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.