Père Bernard Kinvi
Père Bernard Kinvi © DR HRW

Quand éclate la bataille de Bangui en 2013 entre les musulmans de la milice Seleka et les chrétiens, le Père Kinvi supplie les villageois de Bossemptele situé à 300 kilomètres de la capitale centrafricaine de ne pas s'entretuer.

Ce jeune prêtre catholique de 32 ans dirige la paroisse et l'hôpital de cette petite bourgade de 21 000 habitants.

Il réussira à retarder les affrontements, les exactions, mais ne les empêchera pas. Au plus fort de la crise qui durera deux mois, seul il abritera des centaines de civils musulmans poursuivis par les chrétiens qu s'étaient organisés dans une milice appelée anti-balaka.

Alors que les maires des villes de Centrafrique sont réunis depuis hier à Bangui pour faciliter le retour des 850 000 centrafricains qui ont fui les combats, et travailler à la réconciliation nationale entre chrétiens et musulmans, le père Kinvi parcourt sa région pour bâtir un avenir qui ressemble à ce passé pas si lointain où tous vivaient pacifiquement.

Père Bernard Kinvi
Père Bernard Kinvi © DR HRW

Quelques liens avec le réseau du Père Bernard Kinvi

L'organisation Human Rights Watch qui a récompensé Bernard Kinvi

Page Facebook

Site Journal de Bangui

Les liens

Faites vos propositions à la Fabrique du nouveau monde par Twitter Si vous avez envie de participer à "La Fabrique du nouveau monde" de Dominique André, envoyez vos propositions de sujets à @domFrance

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.