C'est une héroïne des temps modernes.

Élise Boghossian, acupunctrice et présidente de l'ONG Shennong et Avicenne , sillonne depuis deux mois les routes du Kurdistan irakien entre Erbil et le nord de l'Irak, pour soigner les victimes du groupe djihadiste EI.

Elle apporte des soins et aussi du soutien psychologique avec son équipe de médecins et de pharmaciens eux-même réfugiés.

Le constat est terrifiant.

Comme l'a démontré le rapport de l'ONU la semaine dernière, les populations vivant dans les régions contrôlées par les djihadistes vivent une tragédie. Les preuves existent selon lesquelles des hommes, des femmes et des enfants sont crucifiés, utilisés comme boucliers ou esclaves sexuels,et enterrés vivants.

Avec une association locale de kurdes, Élise Boghossian porte assistance à 500 personnes par jour.

Un deuxième camion médicalisé va rejoindre le camion orange qui parcourt jour et nuit les montagnes et les rues des villes à la rencontre des populations déplacées.

Les besoins sont énormes.

Les camps de réfugiés ne sont pas suffisants pour abriter les centaines de milliers de femmes, d'hommes et d'enfants qui fuient l'horreur. De nouveaux camps sont en construction.

Route au Kurdistan
Route au Kurdistan © corbis

Les liens

Faites vos propositions à la Fabrique du nouveau monde par Twitter Si vous avez envie de participer à "La Fabrique du nouveau monde" de Dominique André, envoyez vos propositions de sujets à @domFrance

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.