Mickaël Thébault nous emmène à Guantánamo, enclave Américaine en Terre Cubaine. Une base militaire officiellement "louée" par les Etats-Unis depuis 1934.

Après l'ouragan Matthew, personnes faisant la queue pour acheter du pain
Après l'ouragan Matthew, personnes faisant la queue pour acheter du pain © Reuters / Alexandre Meneghini

Même si Fidel Castro, dès la Révolution de 1959 avait refusé "d'encaisser" les chèques américains. Un demi-siècle de "status quo" avait suivi, y compris lors de l'ouverture de la tristement célèbre prison de Guantánamo après les attentats du 11 septembre. Prison que Barack Obama avait promis de fermer, promesse non tenue. Aujourd'hui l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche rebat les Cartes. Le Nouveau Président américain a annoncé "qu'il enverrait d'autres terroristes" à Cuba.

Mais Guantánamo n'est pas qu'une prison. Il y a en fait 3 Guantánamo : la province, la ville, et la baie, qui est occupée en partie par les États-Unis. La ville n'a rien de très singulière. Son architecture coloniale et ses immeubles soviétiques font d'elle une ville typiquement cubaine. A l'entrée de la base, pourtant, un panneau détonne : "Territoire occupé illégalement par les États-Unis". Mais avant la Révolution, cette base militaire américaine représentait une source de travail pour les Cubains.

Reportage de Romane Frachon correspondante à la Havane pour France-Inter.

*ALLER PLUS LOIN
*

ÉCOUTER | Guantanamo, l'archipel du non droit

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.