Un cri d'alarme pour un pays où l'on massacre à huis clos. La FIDH sort un rapport alarmant et une campagne choc. Témoignage de Florent Geel, responsable du bureau Afrique-FIDH

Sur la pancarte, on peut lire "le Burundi saigne". Veillée aux chandelle tenue à Nairobi (Kenya) pour la paix au Burundi.
Sur la pancarte, on peut lire "le Burundi saigne". Veillée aux chandelle tenue à Nairobi (Kenya) pour la paix au Burundi. © Maxppp / DAI KUROKAWA/EFE/Newscom

Burundi, mardi dernier, la FIDH, Amnesty International et l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) ont dénoncé les meurtres, tortures et viols commis depuis le début de la crise politique qui a éclaté il y a tout juste un an au Burundi après l'annonce de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat obtenu en juillet dans un rapport et une campagne choc.

Et aussi... en Bolivie

En Bolivie, 23% des adolescentes sont enceintes ou ont déjà un enfant. Les grossesses précoces sont un véritable problème de santé public, trop peu pris en charge par les autorités.

La grande majorité de ces mères adolescentes ont été abusées ou violées. A peine quelques foyers dans toute la Bolivie accueillent ces adolescentes pour les mettre à l’abri d’environnements familiaux souvent violents. Reportage à La Paz, où Alice Campaignolle a passé une journée dans l’une de ces maisons d’accueil.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.