Les Egyptiens font actuellement face à l’une des pires crises économiques du pays : augmentation fulgurante des prix des denrées de base comme le sucre, le riz, les médicaments...

L'Egypte, toujours confrontée à la pire crise économique de ces 30 dernières années, avec une cure d’austérité sans précédent. Cure censée permettre de résorber la colossale dette du pays, coupes dans les subventions à l’électricité, au gaz et au pétrole, instauration d’une taxe sur la valeur ajoutée, quel que soit le secteur.

En novembre dernier, le gouvernement a même décidé de laisser "flotter" la livre égyptienne pour faire face à la pénurie de dollars.

Résultat : la monnaie nationale a perdu près de 50% de sa valeur en quelques jours.

À cela s’ajoutent des réformes économiques drastiques pour, en théorie remettre "l’économie en marche".

Mais pour l'instant, la seule chose qui marche et même galope, c'est l'inflation : près de 20% aujourd'hui. Et les égyptiens, dont plus du tiers vivent sous le seuil de pauvreté doivent composer avec des pénuries de denrées de base comme le sucre ou le riz. Plus la hausse fulgurante des prix de l'électricité, du gaz, de l'essence et des médicaments.... Un quotidien de plus en plus difficile

Reportage de notre correspondant François Hume-Ferkatadji au Caire

Et aussi, aux États-Unis

L'élection de Donald Trump a poussé des milliers de personnes à entrer en résistance. La partie la plus visible de la contestation, ce sont les manifestations - plus d'un million de personnes dans les rues des États-Unis samedi... Mais au-delà de ces manifestations, en coulisse, des initiatives citoyennes ont éclos partout dans le pays... et notamment à New York.
Reportage de notre correspondante Charlotte Alix à New-York.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.