Vanessa Descouraux nous emmène en Hongrie, avec le retour de méthodes qu'on croyait d'une autre époque, la traque des Tziganes...

Tzigane dans le village de Kerepes, à la périphérie de Budapest. Plus de 18 attaques ont été perpétrées contre des foyers et des villages roms en Hongrie. Les familles qui y vivent disent qu'ils sont "très pauvres et que leur vie est très difficile"
Tzigane dans le village de Kerepes, à la périphérie de Budapest. Plus de 18 attaques ont été perpétrées contre des foyers et des villages roms en Hongrie. Les familles qui y vivent disent qu'ils sont "très pauvres et que leur vie est très difficile" © Getty / The AGE

Hongrie : il y a quelques années, des milices d’extrême-droite ont semé la terreur dans les villages où les roms sont majoritaires. Depuis, ces milices ont été dissoutes. Sauf qu'aujourd’hui la droite du premier ministre Viktor Orban, mène une politique anti-tsigane. Cette méthode qui vise à éloigner, cacher les roms se fait de manière plus insidieuse que l’extrême-droite… Reportage de notre correspondante à Budapest Florence La Bruyère.

Et aussi, en Ouganda

En Afrique de l'Est, en Ouganda, où le plus grand camp de réfugiés au monde est en train de voir le jour. Dans le nord de l'Ouganda, le camp de Bidi-Bidi où 260 000 personnes se sont réfugiés ces 6 derniers mois. Ces réfugiés viennent du soudan du Sud voisin. Population éreintée, traumatisée par les horreurs de la guerre civile qui sévit dans le plus jeune pays du monde. Explications avec notre reporter Delphine Evenou

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.