C'est l'un des plus grands jeux de rôles massivement multijoueurs, une référence pour des millions de joueurs à travers le monde. Qu'est-ce qui explique ce succès au long cours, et surtout : ça fait quoi de débarquer comme une fleur dans une partie de jeu vidéo qui dure depuis 16 ans ?

"World of Warcraft", un jeu de rôles massivement multijoueur dont le succès n'a jamais été démenti en 16 ans
"World of Warcraft", un jeu de rôles massivement multijoueur dont le succès n'a jamais été démenti en 16 ans

Cette semaine, j'ai décidé de combler une lacune dans ma culture jeu vidéo, en profitant du confinement (et de la sortie de sa nouvelle extension "Shadowlands") pour jouer pour la première fois à  "World of Warcraft". Un jeu vidéo massivement multijoueur à la longévité impressionnante : 16 ans d'existence, huit extensions majeures de son univers, encore joué aujourd'hui par plusieurs millions de personnes à travers le monde. Un phénomène qui a aussi été beaucoup caricaturé, parfois par des gens qui ne savaient même pas que MMORPG (Massively Multiplayer Online Role-Playing Game) ne se prononçait pas "Meuporg". Et un genre de jeux que j'ai moi-même ignoré pendant longtemps : il était donc grand temps de réparer cette quasi faute professionnelle.

Une île de formation pour les débutants

J'ai donc pris mon courage à deux mains, et j'ai créé mon tout premier personnage, un voleur de la race des Elfes de Sang, un peuple magique qui a frôlé l'anéantissement total, avant de rejoindre la Horde, l'une des deux factions rivales du monde d'Azeroth. Je sais, ça en jette... Mais ça ne m'a pas empêché d'être d'abord envoyé sur l'île réservée aux débutants...

Je vous passe les détails, mais ma première quête m'a fait affronter des harpies, des ogres adeptes de nécromancie et un dragon mort-vivant. De quoi m'apprendre les bases, avant le retour à la capitale de la Horde.

Un endroit où l'on comprend d'un coup ce que veut dire "massivement multijoueur", puisqu'on se retrouve lâché au milieu d'une foule d'autres personnages, avec une incroyable variété de noms et d'apparences, qui permettent de distinguer d'un coup d’œil un novice tout juste arrivé d'un vétéran héroïque.

Vous n'êtes pas le héros, mais un acteur parmi les autres

Débarquer dans "World of Warcraft" apprend vite l'humilité. On sent bien qu'on arrive dans un monde qui nous préexiste, un jeu qui n'est pas focalisé sur le joueur mais sur la communauté des joueurs. Ici, vous n'êtes pas le héros de l'histoire, mais un acteur parmi les autres, dans une épopée qui vous dépasse.

Et puis, il y a ce moment qui m'a marqué : en me promenant sans réel but dans le monde d'Azeroth, je suis tombé un peu par hasard sur les ruines de Lordaeron, une ville dont j'ai appris ensuite qu'elle avait été florissante dans le jeu, des années plus tôt, avant d'être victime d'un terrible fléau qui en a fait une terre aride, dévastée et inhospitalière. C'est là que j'ai compris que la plus belle performance de "World of Warcraft" en 16 ans, c'est d'avoir créé une Histoire (avec un grand H), avec ses événements, ses personnages, ses héros et ses monstres... Il a même connu une pandémie virtuelle en 2005, provoquée par un bug du jeu !

Rejoindre Azeroth, c'est arriver dans un monde avec un passé, pas simplement écrit d'un bloc, mais qui s'est déroulé au fil des années. À travers les innombrables récits et commentaires que l'on peut trouver sur Internet, on constate aussi que "World of Warcraft" a su réveiller chez ses joueurs un réflexe humain primordial : celui de raconter ce qui s'est passé pour ceux qui arrivent après, histoire de leur donner envie d'y ajouter leurs propres pages.

🎮 "WORLD OF WARCRAFT: SHADOWLANDS" - Disponible sur PC et Mac (nécessite un abonnement)

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.