Mélange étonnant entre "Un Jour sans Fin" et "Alien", cette exclusivité de la PlayStation 5 est sans doute le premier "vrai" jeu de nouvelle génération : il part d'un concept bien connu pour emmener le joueur vers une expérience inédite et qui, il faut l'avouer, en met plein la vue.

Dans "Returnal", vous êtes une éclaireuse piégée sur une planète aussi mystérieuse qu'hostile
Dans "Returnal", vous êtes une éclaireuse piégée sur une planète aussi mystérieuse qu'hostile © Sony

"Returnal" vous place dans la combinaison spatiale un peu usée de Selene, astronaute de la mission Astra. Alors qu'elle survole Atropos, une planète inhospitalière plongée dans une nuit et une pluie permanentes, elle capte un mystérieux signal émis par une certaine "Ombre Blanche". Puis c'est le crash.

Sonnée par son atterrissage brutal, Selene se réveille en sursaut au milieu d'une forêt d'Atropos. Son vaisseau, Hélios, est totalement inutilisable. Alors elle décide d'avancer, de progresser jusqu'au fameux signal. Jusqu'à croiser le corps d'un autre astronaute, vêtu d'une combinaison similaire à la sienne.

Ce cadavre, c'est le sien. Et c'est le premier d'une longue série. Selene va se rendre compte qu'elle est coincée dans une boucle temporelle : à chaque fois qu'elle meurt sous les coups de créatures monstrueuses trop fortes pour elle (ou le joueur, puisque le jeu est tout sauf une promenade de santé), elle est renvoyée au moment du crash de son vaisseau, et la forêt... change. Car ce lieu est vivant, capable de s'adapter à ce qui la menace, et elle perçoit Selene comme un corps étranger à éliminer coûte que coûte.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

À chaque échec, c'est le retour à la case départ. Pire, c'est le cas aussi à chaque fois que vous quittez le jeu ou que vous éteignez la console. Chaque partie devient alors une sorte de marathon oppressant pour tenter de briser la boucle et sortir de ce cycle apparemment sans fin.

Un cauchemar délicieusement vivant

Dans une précédente chronique l'an dernier, on se demandait à quoi ressemblerait la nouvelle génération du jeu vidéo, celle des consoles arrivées fin 2020... Hé bien, on y est. "Returnal" est le premier jeu de la PS5 à explorer de nouvelles façons de happer le joueur. Il puise son inspiration dans le "rogue-like", ce genre populaire du jeu indépendant basé sur le retour au point de départ à chaque mort, en conservant des objets et pouvoirs permanents afin d'aller un peu plus loin à la prochaine partie.

Mais il est le premier à cuisiner cette recette avec les ingrédients d'une superproduction : graphismes rutilants et environnements fourmillant de détails, mise en scène soignée, ambiance sonore enveloppante, utilisation astucieuse de la manette Dual Sense, qui vous fait ressentir du bout des doigts la moindre goutte de pluie tombant sur la combinaison de Selene. Si le futur du jeu vidéo ressemble à ça, crash ou pas crash, je suis prêt à embarquer.

🎮 "RETURNAL" - Disponible exclusivement sur PlayStation 5

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.