On commence 2020 avec un "album pop en jeu vidéo" grisant et enthousiasmant, un jeu musical venu de Suède qui ne ressemble à aucun autre et qui nous met une sacrée claque visuelle et sonore. Attention, ce bonbon fluo va faire autant de bien à vos yeux qu'à vos oreilles.

"Sayonara Wild Hearts", un trip musical aussi fluo qu'enthousiasmant
"Sayonara Wild Hearts", un trip musical aussi fluo qu'enthousiasmant © Annapurna Interactive

Pour cette première chronique de 2020, je me suis dit qu'il fallait attaquer avec du bonheur visuel et musical, avec un jeu qui ne se contente pas de combattre la morosité : non, il prend la morosité, il la ligote à une fusée en partance pour la Lune, puis il l'atomise en lui tirant dessus en plein vol avec un laser géant rose fluo.

Et pourtant, lorsqu'on lance "Sayonara Wild Hearts" (oui, même le nom du jeu est cool), on est accueilli tout en douceur par la voix de Queen Latifah et le Clair de Lune de Debussy... On nous y raconte l'histoire d'une jeune femme dont le cœur va se briser si violemment qu'il va déformer sa réalité. C'est le point de départ d'une aventure très mouvementée, et évidemment musicale.

Ça bondit, ça virevolte, ça tournoie, ça danse

"Sayonara Wild Hearts" se présente comme "un album pop en jeu vidéo", et c'est difficile de mieux le résumer. C'est un jeu qui vous fait jouer de la musique : pas dans le sens "jouer d'un instrument", non, vraiment, littéralement, "jouer de la musique", "jouer DANS la musique", entrer dans un morceau et y plonger totalement, le vivre de manière intense. Un peu comme des montagnes russes visuelles et sonores... 

Chaque niveau vous lance dans une course effrénée sur fond de musique pop. À moto, dans une décapotable, sur le dos d'un cerf ou tout simplement en volant entre les immeubles, l'héroïne va poursuivre et affronter d'autres cœurs sauvages comme le sien. Elle-même bondit d'épreuve en épreuve en virevoltant, tournoyant, en dansant, avec une énergie communicative qui traverse l'écran. Un écran lui aussi sans cesse en mouvement, peuplé de petits cœurs brillants à attraper et de pièges à éviter.

Un jeu qui fait ressentir la musique

Ça va vite, très vite, c'est souvent difficile à suivre mais c'est le but : l'idée c'est de vous enivrer d'images et de musiques, de faire passer votre cerveau en mode automatique, de vous noyer dans un océan de notes et de couleurs flashy. Et c'est d'une efficacité redoutable. Rarement un jeu vidéo musical aura été aussi gracieux dans l'enchaînement de ses différents mouvements (au sens musical du terme), comme un ballet virtuel qu'on veut parfaitement interpréter. Il est aussi incroyablement inventif visuellement (avec ses décors fluo qui jouent avec la gravité, la sensation de vitesse, la cohérence et les limites physiques de vos pupilles, qui n'en demandaient pas tant). Sans parler même de sa bande son, succession de délicieux bonbons musicaux.

Des petits airs qui, mine de rien, restent méchamment dans la tête bien après avoir éteint la console, en partie parce que, justement, on aura eu l'impression des les avoir explorés physiquement. C'est d'ailleurs le plus bel exploit de "Sayonara Wild Hearts" : réussir à vous faire ressentir la musique, et à travers elle l'aventure de la jeune héroïne muette et de son cœur brisée. Quant au cœur sauvage dont parle le titre, c'est sans doute le nôtre, battant au rythme des percussions, tournoyant dans notre poitrine à chaque crescendo vers un refrain, jusqu'à faire de nous-même un instrument, qui tente de s'imposer dans cet opéra pop grisant. C'est un peu fatigant, mais ça fait un bien fou.

🎮 "SAYONARA WILD HEARTS" - Disponible sur PC, Switch, PlayStation 4 et iOS

Merci à Valeria Emanuele pour le doublage des voix

Bonus : les premières minutes du jeu en vidéo

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.