Quel nom intrigant : "Gris". Et c'est loin d'être le seul élément à mériter votre attention dans ce jeu vidéo où vous devrez rendre ses couleurs au monde mental dans lequel s'est enfermée l'héroïne. Beau, relaxant, "Gris" est l'une des dernières belles surprises de 2018.

"Gris", un voyage pastel dans un monde qui rappelle les grands auteurs de BD des années 70
"Gris", un voyage pastel dans un monde qui rappelle les grands auteurs de BD des années 70 © Devolver Digital

Il n'y a pas que le titre de "Gris" qui a intrigué le petit monde du jeu vidéo, depuis que les premières images du jeu ont été diffusées, il y a  quelques mois en marge de l'E3, le salon du jeu vidéo. C'est bien simple : visuellement, "Gris" est à tomber par terre. Aucun pixel  disgracieux, pas de 3D froide et impersonnelle... Ici, tout ressemble à une bande-dessinée jouable.

Le trait est fin, précis, il ressemble d'ailleurs beaucoup à ce que pouvait faire le maître de la BD fantastique Jean Giraud (alias Moebius) : des images faussement naïves, des décors et des personnages qui semblent tout juste esquissées en quelques lignes, tout en fourmillant de petits détails ou d'ombres  dessinées à l'aide de centaines de petites lignes parallèles. Le tout, arrosé de tâches de couleurs, comme si on avait volontairement laissé tomber des gouttes d'eau et de peinture par endroits.

Bref, en voyant la bande-annonce du jeu, on savait déjà que "Gris" serait beau. Mais dans un jeu vidéo ça ne fait pas tout, il fallait attendre de l'essayer manette en main... Et  là encore, "Gris" est une délicieuse surprise.

Entre Gris claire et Gris foncée

Vous y incarnez une  jeune femme nommée "Gris", dans un monde qu'elle s'est elle-même construit, une sorte de forteresse mentale dont on comprendra (au fil de l'aventure) qu'elle lui a permis d'échapper à quelque chose de terrible. Un souvenir, un drame, une douleur indéterminés. Au début de ce voyage intérieur, Gris se réveille sur la gigantesque main d'une statue de femme, se relève, et s'exprime de la seule manière qu'elle connait : en chantant. Mais rien ne se passe comme prévu : sa voix s'éteint soudainement et la statue se fissure, avant de s'effondrer, entraînant Gris dans sa  chute...

Perdue dans cet univers privé de couleur et fait de noir et de blanc, elle va tenter de reprendre le contrôle, dans un voyage construit comme un rêve, qui s'affranchit des règles du monde réel. Et qui tourne parfois au cauchemar... Car une ombre poursuit Gris, une ombre noire comme de l'encre, qui prendra différentes formes pour tenter de l'arrêter et qui menace de tout engloutir, et de faire sombrer son esprit dans le plus sombre des désespoirs.

Heureusement, Gris n'est pas sans défense. Petit à petit, elle va trouver d'autres statues la représentant, qui lui permettront de redonner au monde ses couleurs, et au passage de le transformer totalement et d'ouvrir ainsi de nouvelles voies.

Viens faire toi-même le mélange des couleurs

Un peu de rouge, et les mornes ruines blanches deviennent un désert balayé par un vent brûlant, qui tente de souffler la frêle héroïne. Une  pincée de vert, et le sable voit naître une forêt luxuriante, peuplée de paisibles créatures mais aussi de racines barrant le chemin. Un  soupçon de bleu, et tout se retrouve englouti sous un océan et des  courants à affronter. Enfin, la dernière touche de jaune permettra à  Gris de faire jaillir la lumière et d'éclairer des voies jusqu'ici  invisibles.

Chaque univers donnera aussi à sa modeste robe blanche de nouveaux pouvoirs : elle pourra devenir plus lourde que la roche, plus légère que le vent, ou plus glissante qu'une anguille. De quoi lui permettre de surmonter tous les obstacles qu'elle a elle-même dressés sur sa route, de faire face à ses doutes, et peut-être de se sauver elle-même...

On nage donc en pleine poésie... Et après tout ça ne peut pas faire de mal. "Gris" est un jeu assez court certes, simple (on ne peut jamais y mourir et les énigmes ne posent jamais de réelle difficulté), mais c'est aussi ce qui fait sa force : c'est un moment doux et relaxant, plaisant à jouer, dans un univers graphique totalement bluffant, porté par une musique discrète mais très intelligemment connectée à ce que vous ferez dans le jeu, et dont l'histoire sans parole laisse une large part à votre imagination. Un peu de calme et de beauté en ce début d'année, ce serait dommage de s'en priver.

GRIS - Disponible sur PC, Mac et Switch

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.