Superproduction de la rentrée, les aventures vidéoludiques de l'équipe de super-héros la plus célèbre de l'univers Marvel jouent les équilibristes entre plaisir de jeu, histoire intéressante mais aussi quelques défauts de construction assez agaçants. Tout en frôlant, par instants, quelque chose de plus...

Le jeu vidéo tiré de l'univers Marvel sait, comme prévu, faire dans le grand spectacle
Le jeu vidéo tiré de l'univers Marvel sait, comme prévu, faire dans le grand spectacle © SquareEnix

Cette semaine, on s'est plongé dans LA superproduction de la rentrée : "Marvel's Avengers", l'ambitieuse adaptation en jeu vidéo des aventures des super-héros mondialement connus... Un jeu qui va pourtant, dans ses premières minutes, vous mettre non pas dans la peau d'un invincible Avenger mais dans les baskets de la jeune Kamala Khan, l'une de leurs plus grands fans, lors d'une grande fête organisée en leur honneur à San Francisco.

Évidemment, quelque chose va mal tourner : une attaque terroriste au timing suspect va perturber la cérémonie. Après une longue séquence d'action magistralement mise en scène, où le joueur incarne tour à tour et en toute fluidité les différents personnages (Iron Man, Thor, Black Widow, Hulk...) nos héros vont comprendre trop tard la terrible vérité : tout ça n'est qu'une diversion en marge d'un plan bien plus sinistre. En leur absence, leur vaisseau, le Chimère, va provoquer une énorme décharge d'énergie en plein cœur de la ville.

La catastrophe, surnommée le A-Day, va durablement affecter le pays : un peu partout, des humains normaux se mettent à développer des pouvoirs incontrôlables. Les responsables sont vite désignés : les Avengers eux-mêmes, accusés d'avoir joué avec des technologies qui les dépassent. Et c'est le témoignage du docteur Bruce Banner, reconnaissant du bout des lèvres que les Avengers sont une menace pour la société, qui va achever de briser leur union.

Un jeu Avengers... sans les Avengers ?

Cinq ans après, tout a basculé : une société privée traque les victimes du A-Day, qualifiés d'inhumains, son dirigeant acquiert des pouvoirs et une apparence de plus en plus monstrueuse... Et les Avengers sont introuvables.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En commençant à écrire cette chronique, j'avais un mot en tête pour résumer le jeu : frustration. "Marvel's Avengers" vous laisse jouer quelques minutes dans la peau de ses principaux personnages avant de vous coincer dans celle de Kamala Khan, désormais dotée elle aussi de pouvoirs. Mais c'est pour mieux vous permettre de retrouver et d'ajouter ensuite à votre équipe les héros emblématiques.

Frustration aussi dans la manière dont progresse votre aventure : si le scénario est excellent, et joue habilement sur l'idée osée de détruire l'équipe de super-héros pour mieux la reconstruire, il est inutilement délayé par des missions secondaires parfois réussies, parfois mollassonnes et sans grand intérêt. Le jeu hésite souvent entre faire progresser l'intrigue, et assurer un peu artificiellement une longue durée de vie pour le joueur.

Un plaisir de jeu bien présent

D'abord parce qu'il remplit pleinement son contrat : celui d'être un bonheur à jouer ! On ne va pas se le cacher : c'est absolument jouissif de foutre de gigantesques baffes avec Hulk, de lancer le marteau de Thor sur des hordes de robots ou de virevolter entre les immeubles dans l'armure d'Iron Man.

Mais paradoxalement, ce qui rend le jeu vraiment attachant, ce sont les moments où il cesse de se prendre au sérieux, où il oublie un peu ses ambitions démesurées et révèle les failles, les difficultés à communiquer, bref l'humanité de ses personnages. Comme dans cette séquence aussi courte que lunaire où Bruce Banner, l'irascible Hulk, tente de garder son calme au volant, aux côtés d'une ado sirotant bruyamment son soda tout en essayant régulièrement de changer de station sur l'autoradio. Comme dans les comics ou au cinéma, les Avengers ne sont jamais plus intéressants que lorsqu'ils sont simplement humains.

🎮 "MARVEL'S AVENGERS" - Disponible sur PC, PlayStation 4 et Xbox One

Bonus : les premières minutes du jeu en vidéo

L'équipe