Ce matin nous partons dans un coin abandonné de la Pologne, pour une enquête menée un pied dans le monde réel, un autre dans le monde spirituel. Un jeu vidéo à l'ambiance délicieusement pesante, qui explore autant les traumas de ses personnages que ceux de tout un pays, la Pologne post-communiste.

Dans "The Medium", la réalité est régulièrement fracturée, et vous pouvez explorer simultanément ces deux mondes
Dans "The Medium", la réalité est régulièrement fracturée, et vous pouvez explorer simultanément ces deux mondes © Bloober Team

La semaine dernière, je vous parlais de ces villes réelles que le jeu vidéo nous donne envie de découvrir. Cette semaine, à l'inverse, je vous propose d'évoquer des lieux du jeu vidéo... où personne n'a envie de mettre les pieds un jour. C'est le cas par exemple de Raccoon City, la ville peuplée de zombies de la saga "Resident Evil", de Silent Hill, le village aux mille horreurs de la série du même nom, ou des innombrables manoirs, châteaux et autres maisons hantées qu'on a explorés en tremblant manette en main.

À cette liste, on peut désormais ajouter Niwa, une "station de villégiature ouvrière" abandonnée au cœur de la Pologne de la fin des années 90. C'est là que nous entraîne le jeu "The Medium".

"Tout commence par une petite fille morte"

Son héroïne, Marianne, est hantée par un rêve récurrent depuis son enfance. "Tout commence par une petite fille morte", raconte-t-elle. Une petite fille dont elle vit et revit les derniers instants.

Le truc, c'est que Marianne est une médium. Elle peut communiquer avec les morts, ressentir certaines choses et parfois, quand un lieu porte une histoire particulièrement lourde, elle vit ce qu'elle appelle une "déchirure", un moment où elle se trouve à la fois dans le monde réel et dans le monde spirituel. Un pouvoir qui la rend unique. Du moins, c'est ce qu'elle croyait.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un jour, un parfait inconnu l'appelle, terrifié, et lui demande de l'aide. Il dit la connaître, et termine son appel par une phrase qui déstabilise Marianne : "Tout commence par une petite fille morte." Pour comprendre, Marianne se rend à l'endroit indiqué : Niwa, un hôtel en ruines de l'ère communiste, dont les murs décrépis ont vu se dérouler un drame particulièrement terrible.

Un homme appuyé et réussi à "Silent Hill"

Un lieu qui réserve toutes sortes de mauvaises surprises à Marianne comme au joueur.  Pour le plus grand plaisir de l'amateur de frissons, "The Medium" parvient à construire une ambiance délicieusement pesante, autour d'une histoire prenante qui explore autant les traumas de ses personnages que ceux de tout un pays, hanté par ses propres fantômes.

C'est aussi un hommage appuyé à "Silent Hill", l'une des sagas les plus flippantes du jeu vidéo, dont les fans ont abandonné toute idée de voir un nouvel épisode un jour. Coup de chance pour eux, avec son monde déchiré entre deux réalités, sa réalisation très cinématographique et la présence au générique du compositeur attitré de la série, Akira Yamaoka, "The Medium" est ce qui s'en rapproche le plus depuis longtemps. Quant aux néophytes, ils y trouveront un excellent jeu, doté d'un univers visuel superbement étrange.

🎮 "THE MEDIUM" - Disponible sur Xbox Series et PC

Merci à Olivia Cohen et Xavier Demagny pour le doublage des voix

Bonus : les premières minutes du jeu en vidéo

L'équipe