Peu de jeux vidéo abordent sérieusement la question de la perte d'un ou de plusieurs proches ; encore moins y parviennent avec l'intelligence, la sensibilité, la géniale douceur et la folle inventivité narrative de "What Remains of Edith Finch". Un chef-d’œuvre, tout simplement.

Explorez les drames d'une famille (peut-être) victime d'une malédiction dans "What Remains of Edith Finch"
Explorez les drames d'une famille (peut-être) victime d'une malédiction dans "What Remains of Edith Finch" © Annapurna Interactive

Mais qu'est-ce qui est arrivé aux membres de la famille Finch ? Cette question, la dernière héritière de la lignée a tout fait pour l'éviter des années durant. Aujourd'hui, à tout juste 17 ans et enceinte jusqu'au cou, elle est bien obligée de s'y confronter. De remonter jusqu'aux racines de son arbre généalogique pour savoir ce qui attend l'ultime petite branche qu'elle porte.

L'histoire commence par la fin : Edith quitte l'île d'Orcas, terre de sa famille, et elle relit tout ce qu'elle vient d'écrire à l'intention de son futur enfant. Elle vient d'explorer de fond en comble la maison familiale, en quête de réponses... Car si dans le jeu, vous incarnez Edith, le personnage principal, c'est son héritage : la maison de famille. Une maison qu'Edith a fui avec sa mère à l'âge de 11 ans, et qui l'a toujours un peu effrayée.

Malédiction ou terrible malchance ?

Il faut dire que la maison des Finch est une bicoque étrange : immense, tarabiscotée, c'est l'arrière grand-père d'Edith qui l'a construite, ajoutant au fil des décennies de nouvelles pièces pour les enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants. Car chez les Finch, se souvenir des disparus est vital : chaque membre de la famille, même après sa mort, conserve sa chambre dans l'exact état où elle était de son vivant, comme un mémorial en son honneur. Des mémoriaux nombreux : dans la famille, on croit dur comme fer à une terrible malédiction qui les destinerait tous à mourir dans des circonstances étranges.

Comme le raconte la voix d'Edith, omniprésente pendant l'aventure, peut-être qu'il ne s'agit que d'une succession d'accidents, ou peut-être que les Finch ont tellement cru à cette malédiction qu'ils ont fini par la rendre réelle. Pour le savoir, vous allez vous promener dans les chambres de tous ses proches disparus, et revivre ce qui est arrivé à chacun, à travers ses propres yeux.

La mort est aussi un moment de vie

Ça pourrait être morbide ou effrayant, mais le jeu a une manière de raconter ces histoires incroyablement douce, poétique et subtile. Il déroule avant tout une succession de moments de vie (même si ce sont les derniers), et cela les rend d'autant plus bouleversants.

Des moments de ce genre, le jeu en regorge... Et on évitera de trop en raconter, tant l'effet de surprise est essentiel. Mais si vous ne devez retenir qu'une chose de cette chronique, c'est que "What Remains of Edith Finch" est un chef-d’œuvre. Rarement un jeu vidéo aura été si profondément humain, rarement une œuvre aura réussi à parler de mort et de deuil de manière aussi originale, légère, subtile.

C'est une histoire quasi impossible à raconter autrement que par le jeu vidéo : il faut se plonger totalement dans sa mise en scène pour en ressentir tout le génie. D'ailleurs, la morale de toutes ces histoires dépendra aussi beaucoup de ce que vous y apporterez. Pour ma part j'en ai retenu ceci : si la mort est inéluctable, elle est aussi la source de belles histoires qui ont le pouvoir de l'adoucir un peu.

WHAT REMAINS OF EDITH FINCH - Disponible sur PC (gratuit jusqu'au 24 janvier), Playstation 4 et Xbox One

Merci à Hélène Chevallier et Julie Pietri pour le doublage des voix.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.