C'était le jeu qui accompagnait la sortie de la Game Cube en 2001, et il mettait en avant le frère du célèbre Super Mario. Devenu culte depuis, il vient d'être réédité sur 3DS. L'occasion de redécouvrir ce qui faisait le succès de cette recette : une science du gag maîtrisée, et le talent d'un homme et de sa voix.

"Luigi's Mansion", un manoir hanté pour rire, devenu culte au fil des années
"Luigi's Mansion", un manoir hanté pour rire, devenu culte au fil des années © Nintendo

Connaissez-vous Charles Martinet ? Il s'agit d'un sympathique acteur canadien, âgé de 63 ans, avec une mine joviale, des cheveux blancs et un enthousiasme communicatif. Et si vous ne connaissez pas son nom, vous connaissez peut-être sa voix : depuis plus de deux décennies, c'est le doubleur officiel de Super Mario, le plombier moustachu le plus célèbre du monde du jeu vidéo (voire du monde tout court, puisque peu de plombiers moustachus connaissent la gloire).

Un rôle pas forcément simple puisque Mario n'a jamais de dialogues : il s'exprime uniquement par des onomatopées plus ou moins enthousiastes. Tout comme d'autres personnages du même monde que joue aussi Charles Martinet, en particulier Luigi.

Luigi, c'est le frère de Mario, celui qui est habillé en vert. Personnage secondaire par excellence, il a toutefois eu droit en 2001 aux honneurs d'un jeu à son nom, "Luigi's Mansion", qui vient d'être réédité sur 3DS et 2DS.

Chaplin vert chez les fantômes

Son univers tranche totalement avec l'univers lumineux et insouciant des Mario. Luigi hérite d'un mystérieux manoir, qui ne ressemble pas du tout à la photo de la brochure : plongé dans une nuit perpétuelle et dans une ambiance macabre, notre anti-héros pétochard se retrouve enfermé dans cette maison hantée, et tente d'y retrouver son frère, le courageux héros habituel, enlevé par des fantômes moqueurs.

Si l'on oublie les décors fluo et les mimiques de son personnage principal, "Luigi's Mansion" commence comme un jeu d'horreur classique (le manoir et ses portes qu'on ouvre lentement singent d'ailleurs le classique "Resident Evil")... Mais c'est pour mieux s'en moquer. Une sorte de train fantôme volontairement kitsch, qui fait plus rire que frissonner. Une réussite intemporelle qui tient à deux ingrédients. Le premier, c'est une science du gag totalement maîtrisée : il y a quelque chose de Charlie Chaplin ou de Buster Keaton chez Luigi, qui fait des bonds de trois mètres de haut à chaque fois qu'un fantôme lui joue un mauvais tour... Fantômes qui semblent tout droit sortis d'un dessin animé de Tex Avery.

Le second ingrédient, c'est le travail sur l'ambiance sonore... Et c'est là que vous allez comprendre pourquoi je vous ai parlé de Charles Martinet.

♫♪ Hmmhmmhmmhmm hmmhmmhmm hmm ♪♫

Dans Luigi's Mansion, le décalage tient en grande partie à l'utilisation de son talent vocal. Illustration en musique : voici le thème que vous entendrez pendant une bonne partie de votre exploration...

On sent déjà une petite pointe d'ironie dans la composition, très légère et subtile... Mais très vite, elle est saupoudrée d'une idée de génie : dans le jeu, quand Luigi a peur, il chantonne pour se rassurer. Et ça donne ça :

Et ça change tout : même dans les instants où le jeu est censé faire (gentiment) peur, on ne peut s'empêcher de sourire en entendant le vibrato angoissé du héros. Aussi étrange que ça puisse paraître,"Luigi's Mansion" est un jeu qui doit énormément à l'interprétation d'un acteur qui ne prononce jamais une seule phrase complète...

Alors quand vous sourirez devant les mésaventures de Luigi, avec vos enfants ou tout seul (car c'est aussi tout simplement un excellent jeu, encore aujourd'hui), n'oubliez pas d'avoir une petite pensée pour le grand Charles Martinet.

LUIGI'S MANSION - Disponible sur Nintendo 3DS/2DS (version originale sur GameCube et Wii)

Notez qu'une suite (Luigi's Mansion 2) est également disponible sur Nintendo 3DS/2DS, et qu'un troisième épisode est prévu pour 2019 sur Switch.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.