Dans ce troisième épisode d'une trilogie qui a remis la fameuse série sur le devant de la scène, Lara Croft devient réellement une pilleuse de tombes ("Tomb Raider")... Avec toutes les conséquences désastreuses que cela peut avoir. Un voyage vidéoludique pas révolutionnaire, mais brillamment mis en scène.

Lara Croft vit des hauts et des bas dans un périple sud-américain envoûtant
Lara Croft vit des hauts et des bas dans un périple sud-américain envoûtant © Square Enix

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Lara Croft attire les ennuis. Sur les traces des responsables de la mort de son père, au Mexique, la jeune pilleuse de tombes va parvenir à les coiffer au poteau en découvrant une tombe maya oubliée et un artéfact qu'elle va voler. Au désespoir de son principal adversaire, une sorte de gourou et bienfaiteur local, qui l'accuse d'avoir ainsi condamné le monde à une succession de catastrophes naturelles.

Dans la première heure de "Shadow of the Tomb Raider", c'est donc un tsunami dans lequel Lara Croft va se retrouver plongée. Si elle est désormais devenue la fameuse pilleuse de tombes qu'elle était destinée à être, son statut n'est pas sans conséquences. Le jeu sait faire dans le spectaculaire : manette en main, on y est successivement ballotté par des flots rageurs, coincé dans un avion en chute libre pendant un orage, ou traqué par des jaguars en pleine jungle. Aux côtés d'une Lara Croft un peu plus ambiguë...

Coups de foudre et conséquences

Cet épisode est en effet le dernier d'une trilogie sur la jeunesse de l'héroïne, et il pose en filigrane des questions intéressantes sur sa soif d'aventure, mais aussi ce qu'elle provoque comme destruction pour tous ceux qui l'entourent, et son aveuglement plus ou moins conscient aux conséquences de ses actes.

Un peu d'introspection donc, mais c'est loin d'être la principale qualité du jeu. Ce qui le rend particulièrement prenant, c'est la manière dont il nous inocule cette soif d'aventure contagieuse. L'action se déroule principalement dans une gigantesque jungle en plein Pérou... Et il faut bien admettre qu'on s'y croirait. La végétation est luxuriante, la faune omniprésente, qu'elle attire le regard ou qu'elle soit une menace dans l'ombre, l'ambiance sonore est particulièrement travaillée... On sent presque, en jouant, l'humidité dans l'air et les vêtements qui collent à la peau.

Dépaysant et décoiffant

On est ici dans une sorte d'apogée du tourisme archéologique virtuel, où tout nous incite à sortir des sentiers battus, à ignorer aussi souvent que possible la progression de l'intrigue pour flâner dans un environnement hostile mais superbe, chercher une grotte ou un tombeau caché, y découvrir des vestiges de civilisations perdues... Tout ça en ressentant l'excitation du danger mais pas ses conséquences potentiellement dramatiques (comme, au hasard, la mort).

Si vous n'avez jamais joué à un épisode Tomb Raider, ou que vous êtes passé à côté des jeux les plus récents, celui-ci est une parfaite séance de rattrapage. À défaut d'être le plus original (il puise ses inspirations aussi bien dans ses glorieux ancêtres que chez ses illustres successeurs spirituels, comme Uncharted), c'est sans doute le plus dépaysant, et le souffle de l'aventure y est particulièrement décoiffant.

SHADOW OF THE TOMB RAIDER - Disponible sur PC, Playstation 4 et Xbox One

Aller plus loin

ECOUTEZ | Blockbusters - Tomb Raider, l'histoire d'une femme dans le jeu vidéo

LIRE AUSSI | 7 anecdotes sur Lara Croft, l'héroïne la plus célèbre de jeux vidéo

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.