Pas facile de parler d'un jeu si marquant, si influent, que plus de 20 ans après sa sortie on continue à le rééditer sur tous les supports possibles, à améliorer sa traduction française ou ses musiques, et même à développer une version "remake" entièrement remise au goût du jour... Mais on va essayer quand même.

Cloud, héros taciturne d'une aventure qui a marqué toute une génération de joueurs
Cloud, héros taciturne d'une aventure qui a marqué toute une génération de joueurs © Square Enix

[Comme toujours, cette chronique est garantie sans aucun spoiler]

Bienvenue à Midgar, une ville qui rappelle un peu la sombre Los Angeles de Blade Runner, plongée dans un nuage de pollution permanent qui masque les rayons du soleil. Ici, les riches vivent dans les hauteurs, sur une gigantesque plaque de métal, reliée par une ligne de train circulaire au niveau du sol, celui des taudis où s'entassent les plus pauvres. C'est justement l'arrivée d'un train qui va bousculer l'ordre établi. À son bord, un petit groupe de "terroristes écologistes" autoproclamés, Avalanche, accompagnés d'un taciturne mercenaire blond.

Leur objectif, c'est de s'en prendre à la Shinra (l'équivalent local de Total ou Areva) gigantesque corporation qui exploite et abuse d'une mystérieuse énergie, la "Mako", au mépris de ses conséquences sur l'environnement. Évidemment, tout ça n'est que le point de départ : accompagné d'un petit groupe hétéroclite (d'une marchande de fleurs à une peluche mécanique géante en passant par un lion qui parle), Cloud va se retrouver embarqué aux quatre coins de la planète, dans sa quête pour retrouver l'homme qui l'a trahi, un ancien héros de guerre qui cherche un moyen de se venger de l'humanité toute entière...

Un jeu devenu culte (notamment) pour une scène

On ne s'étendra pas plus sur le scénario, qui s'étale sur des dizaines d'heures... Pour répondre à LA question : pourquoi ce jeu est-il aussi marquant ? D'abord parce que c'est un petit bijou dans la construction de son univers, un monde vaste et vivant. L'histoire est complexe sans perdre le joueur, et les nombreux personnages, même secondaires, ont chacun leur petite histoire et leur personnalité.

"Final Fantasy VII" enchaîne avec brio les instants paisibles, l'exaltation de la découverte et les morceaux de bravoure. Par exemple, c'est parce qu'il a patiemment construit le contexte qui l'entoure, qu'il est capable de vous faire frissonner lorsqu'il vous jette en pâture à un ennemi que vous redoutiez d'affronter... Mais aussi de vous donner un coup de poing dans l'estomac émotionnel : à mi-parcours, "Final Fantasy VII" prend en effet un tournant particulièrement tragique, avec une seule scène d'anthologie où tout bascule. C'est bien simple, la communauté des joueurs se divise en deux catégories : ceux qui n'ont jamais vécu cette scène, et "ceux qui savent". On trouve même sur YouTube des vidéos montrant les réactions spontanées de joueurs découvrant ce moment du jeu !

Règlement de comptes à Mako Corral

C'était en 1997, et pour beaucoup c'était la découverte qu'un jeu pouvait vous serrer le cœur, qu'on pouvait s'attacher à un personnage virtuel, et être aussi perdu, confus, triste, en colère, que le héros face à un drame inattendu. "Final Fantasy VII" parvenait alors, au-delà de cette quête classique pour sauver le monde, à faire ressentir l'importance de l'enjeu, à le rendre presque personnel.

Et au bout du chemin, il donnait aussi en filigrane une leçon de vie importante : ce qui fait notre valeur en tant qu'individu, ce ne sont pas nos actes (si héroïques soient-ils) mais la valeur des proches qui nous soutiennent.

🎮 FINAL FANTASY VII - Disponible sur Switch, PlayStation 4, Xbox One, PC, etc.

Merci à Vanessa Descouraux, Yann Gallic et Cyril Sauvageot pour le doublage des voix

Bonus

Chaque semaine, nous vous proposons, en plus de la chronique, une plongée en vidéo dans les premières minutes de notre jeu de la semaine. Alors si par hasard vous n'avez jamais vu le début de Final Fantasy VII ou que vous voulez le voir de manière différente, c'est par ici... 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.