Ce matin, on parle d'une série de jeux que tout le monde connait, ou pense connaître. Et qui mérite bien mieux que tous les clichés que l'on peut voir passer à son sujet. Plus simple, plus accessible, le tout nouvel épisode a tout pour plaire aux novices... quitte à agacer certains maîtres dresseurs.

Dans "Pokémon Let's Go", vous allez (encore) devoir tous les attraper
Dans "Pokémon Let's Go", vous allez (encore) devoir tous les attraper © Nintendo

"Pokémon", c'est un univers décliné sur à peu près toutes les formes possibles et imaginables : mangas, séries et films animés (et bientôt "vrai film"), cartes à jouer, figurines, application mobile... Au point qu'on a presque fini par en oublier que c'est avant tout un jeu vidéo, ou plutôt deux, sortis sur Game Boy en 1996 au Japon et en 1998 en France. Une version bleue et une version rouge, avec à chaque fois un casting légèrement différent de petits monstres mignons, et un slogan simple et accrocheur : "Attrapez-les tous".

Plus de vingt ans après, et presque autant de suites à ces deux premiers jeux (avec de plus en plus de créatures et des univers de plus en plus complexes et développés à explorer), Nintendo sort un nouvel épisode bien particulier, "Pokémon Let's Go". D'abord parce que c'est le premier épisode "canonique" de la série à sortir sur Switch, la dernière console de salon de Nintendo, alors que jusqu'ici ils ne sortaient que sur des consoles 100 % portables. Mais surtout, parce qu'il s'agit d'un remake (très libre) des deux premiers jeux, avec le casting de Pokémon original et le choix entre deux compagnons pour vous suivre dans votre aventure : l'excessivement mignon Evoli, et l'irrésistiblement mignon Pikachu.

Une partie, Evoli

L'idée était simple : faire appel à la nostalgie des fans en remémorant à ceux qui y ont joué (enfants ou adolescents) tous les souvenirs liés à leurs aventures dans le monde des Pokémon. On pouvait imaginer qu'ils seraient ravis de pouvoir y rejouer sur une console moderne... Sauf qu'en fait, pas tant que ça, ou en tout cas, pas tout le monde.

Car "Pokémon Let's Go" a été presque immédiatement victime d'une version particulièrement agressive du syndrome "c'était mieux avant". Pour certains fans, cette évolution est en effet une trahison des originaux, et ils y ont réagi assez brutalement, sur les sites spécialisés, mais aussi un peu partout sur Internet. Par exemple, au Japon, la version locale d'Amazon a tout simplement supprimé la possibilité de donner une note au jeu, pour faire face au torrent de critiques négatives, y compris dans les minutes qui ont suivi la sortie du jeu, donc avant même d'avoir pu y toucher.

Pourquoi une telle réaction ? Car si cette version joue sur la corde nostalgique, elle cherche également à attirer de nouveaux joueurs, des gens qui n'ont jamais touché un épisode et qui voudraient découvrir la série (idéalement sans avoir à lire plusieurs dizaines de tutoriels sur Internet). Et pour y parvenir, les développeurs ont largement simplifié la formule : finis, les combats stratégiques pour attraper de nouveaux Pokémon, désormais il suffit de lancer une balle virtuelle vers l'écran pour le faire. Les créatures vont aussi évoluer plus facilement et plus rapidement, sans avoir besoin de multiplier les affrontements parfois laborieux pour avancer... Autant d'éléments qui ont provoqué la colère de certains habitués.

Pika de rappel

Sur le fond, le jeu mérite pourtant largement qu'on s'y intéresse. Si vous n'avez jamais joué à Pokémon avant, c'est le jeu idéal pour vous laisser tenter. En fâchant une partie des fans (temporairement, puisqu'un futur épisode est déjà prévu dans un style bien plus classique), Nintendo a réussi son pari : créer une version accessible, moins austère que les jeux originaux, tout en leur faisant de jolis clins d'oeil, notamment avec l'affichage des Pokémon en version "pixels" dans certains menus, et des réorchestrations de toute la bande originale de l'époque.

Ce Pokémon "light" se parcourt moins comme un défi que comme une balade, tout en conservant un contenu qui reste gargantuesque, même allégé. On peut l'apprécier pour ce qu'il est, même en ayant (comme moi) arpenté presque tous les épisodes précédents de fond en comble. On peut aussi en profiter pour tremper un orteil dans le grand bain des jeux Pokémon, bien plus profonds et intéressants que l'image qu'on en a trop souvent.

POKÉMON LE'TS GO (PIKACHU/EVOLI) - Disponible sur Switch

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.