Tout simple dans sa forme, ce jeu vidéo est un petit bijou de narration, qui vous fait parcourir à l'envers les souvenirs d'un vieil homme au crépuscule de sa vie, et dont le dernier souhait est... d'aller sur la Lune. Une jolie fable toute en pixels.

"To The Moon" est un conte touchant qui évoque en douceur des sujets difficiles
"To The Moon" est un conte touchant qui évoque en douceur des sujets difficiles © Freebird Games

Au premier regard, "To the Moon" ressemble aux jeux de rôles de l'époque de la Super Nintendo, avec ses graphismes pixelisés tout mignons, qui rappellent des références comme Secret of Mana ou Chrono Trigger. C'est le premier piège : en fait, il ne s'agit pas d'une quête épique mais d'une histoire toute simple, intimiste et savamment racontée. Le deuxième piège, c'est le ton. Si "To the Moon" a pour objectif de vous tirer des larmes, ça n'empêche pas une bonne partie de ses dialogues et de ses situations d'être drôles ou décalés.

D'ailleurs, tout commence par un accident de voiture, et un premier échange à bâtons rompus entre les deux héros. Le Dr Rosalene et le Dr Watts (Eva et Neil de leurs prénoms) n'ont pas fait tout ce chemin pour se chamailler. Non, s'ils sont venus sur cette falaise en bord de mer où trône une vaste maison et un vieux phare condamné, c'est pour rencontrer leur client, John, un vieil homme qui vit ses derniers instants.

Prendre la route des souvenirs à contresens

Grâce à une étrange machine, Eva et Neil peuvent exaucer le dernier souhait d'une personne mourante. Et John, lui, veut qu'on lui permette d'aller sur la Lune. Une demande plutôt étrange pour un vieil homme, mais dans les cordes de notre étrange duo à blouses blanches : tous deux travaillent pour Sigmund Corp, une société qui propose à des clients mourants de réécrire leur vie, ou en tout cas les souvenirs qu'ils en ont, pour en faire l'existence dont ils ont toujours rêvée. Bref, de les aider à partir sans aucun regret.

Sauf qu'une fois connectés au subconscient de John, Eva et Neil vont tomber sur un os. John ne sait pas pourquoi il veut aller sur la Lune, il va donc falloir passer en revue ses souvenirs, du plus récent au plus ancien, pour comprendre les raisons de cette requête inhabituelle. Commence alors le récit d'une vie à l'envers, où vos deux personnages vont remonter le fil des ans en sautant de souvenir en souvenir. Et ce qu'ils vont y découvrir, et dont on ne vous dira rien de plus, est à des années-lumières de ce qu'ils s'attendaient à trouver.

Un modèle d'efficacité dans l'écriture

"To the Moon" est une belle preuve que quelques pixels suffisent à raconter une histoire touchante. Malgré son design qui ne paye pas de mine, sa jouabilité un peu simpliste (qui sert surtout à pousser le joueur à progresser étape par étape dans l'histoire), "To the Moon" parvient de manière presque magique à nous accrocher du début à la fin.

D'abord parce que son scénario est prenant et raconté d'une fort jolie manière, en nous mettant dès le début face à la conclusion de l'histoire, avant de nous donner bribe par bribe (et à l'envers) les éléments qui la rendent émouvante. Ensuite parce qu'on s'attache très vite au duo de voyageurs mémoriels, qui ont tellement plu aux joueurs qu'ils sont revenus plus tard dans une suite, "Finding Paradise". Enfin parce qu'il parvient à aborder des thèmes difficiles tout en douceur. "To the Moon" est un modèle d'efficacité dans l'écriture vidéoludique, en plus d'être tout simplement une très belle histoire.

🎮 "TO THE MOON" - Disponible sur PC, Mac, Android, iOS et Switch

Merci à Vanessa Descouraux, Béatrice Dugué, Louis-Valentin Lopez et Vianney Smiarowski pour le doublage des voix

Bonus : les premières minutes du jeu en vidéo

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.