C'est la rentrée ! Pour cette chronique mais aussi pour le héros de "Death's Door", un adorable petit corbeau dont le job est de... faucher des âmes. Un jeu aussi joli dans sa forme que formidable manette en main.

"Death's Door", une aventure fascinante au design bien particulier
"Death's Door", une aventure fascinante au design bien particulier © Devolver Digital

Pour votre personnage aussi, c'est la reprise. Son bus vient tout juste de le déposer au travail, plus précisément au Siège de la Commission des Faucheurs. Car si vous incarnez un petit corbeau tout mignon (armé, certes, d'une épée à peu près aussi grosse que lui), le grand patron de votre boîte, c'est la Mort. Et vous êtes l'un des nombreux employés de cette administration bien huilée.

Petit corbeau deviendra grand faucheur

Votre boulot, c'est donc de faucher des âmes, en vous baladant un peu partout dans le monde des vivants à l'aide de portes magiques. Et votre supérieur hiérarchique a justement une mission particulièrement délicate à vous confier : récupérer une Âme Géante, propriété d'une créature aussi dangereuse que récalcitrante à décéder. La routine, pour votre petit corbeau, qui s'élance à la poursuite de sa cible du jour.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Sauf que bien entendu, ça ne va pas du tout se passer comme prévu. Après une petite balade dans des terres désolées pour vous familiariser avec les contrôles de votre corbeau, vous allez affronter cette terrible créature végétale et, après avoir un peu transpiré, parvenir à la vaincre. Mais au moment où vous vous apprêtez à faucher son âme... Un étrange portail s'ouvre, un corbeau bien plus grand que vous en surgit, vous assomme, et dérobe votre récompense. Autant vous dire que, de retour au bureau, vous allez vous faire passer un savon.

Vous voilà bien obligé de repartir dans le monde des mortels, dans une quête épique pour ne pas en devenir un.

L'une des plus belles surprises de l'été

D'abord (en grande partie) parce que le jeu est... beaucoup trop mignon. Le design des personnages est tout simplement adorable, du petit corbeau que vous contrôlez à ses adversaires. Visuellement, on a l'impression de voir s'animer des petites figurines en porcelaine, dans des décors pastels en papier mâché. La bande son est à l'unisson, ajoutant à l'ambiance mystérieuse et féérique de l'univers...

Le scénario est plus malin qu'il en a l'air, entre ses gentils faucheurs qui ne comprennent pas bien ce qu'implique leur travail, et ses adversaires qui sont en fait juste prêts à tout pour repousser leur mort. Le tout rappelle la mélancolie faussement naïve qu'on trouve dans les films de Miyazaki.

Et puis il y a le plus important pour un jeu vidéo, les sensations manette en main... Là, franchement, c'est un pur plaisir : une sorte de mélange entre la maniabilité des Zelda en 2D, le design des niveaux à la Metroid, et une petite pincée de difficulté à la Dark Souls. Bref, le cocktail idéal pendant les vacances... Mais ça fera très bien l'affaire aussi pour prolonger l'été ces prochaines semaines.

🎮 "DEATH'S DOOR" - Disponible sur PC et Xbox

Merci à Xavier Demagny et Victor Vasseur pour le doublage des voix

L'équipe
Thèmes associés