L’hommage rendu dimanche à Jacques Chirac aux Invalides aura créé sa petite polémique. Et il s’est déroulé selon une boucle qu’on connaît bien désormais : la télé filme quelque chose, les réseaux sociaux s’en indignent, et l’indignation devient un sujet pour la télé et les autres médias (nous inclus).

En l’occurrence, l’objet de l’indignation fut ces gens qui ont fait la queue pour rendre hommage à la dépouille de Jacques Chirac et qui, une fois devant le cercueil, ont fait un selfie. Ces gens se sont fait alpaguer par tout ce que les réseaux comptent de gardiens du savoir-vivre, de protecteurs de la décence et de contempteurs de la modernité. Ont été dénoncés l’irrespect, le narcissisme et autres travers de la société contemporaine... La question qui m’intéresse est toute simple : pourquoi ça choque ?

Pourquoi ça choque alors que ces selfies, à de très rares exceptions, je ne les ai pas vus circuler dans les réseaux ?

Ce qui signifie qu’ils ont été très rarement partagés, likés ou même diffusés par leurs auteurs. Peut-être que ces auteurs ont eu peur des réactions, peut-être qu’ils ont retiré les photos, mais peut-être aussi qu’ils n’ont jamais eu l’intention de diffuser ces clichés, ou juste auprès de leurs proches. Quoi qu’il en soit, ce qui a choqué, ce ne sont pas les selfies eux-mêmes donc, qu’on a très peu vus. Ce qui a choqué, c’est d’avoir vu à la télévision, des gens prendre des selfies… ce qui n’est pas la même chose.

Maintenant, qu’est-ce qui est choquant dans le fait de voir des gens se prendre en selfie devant un cercueil ? On pourrait dire que c’est le fait de photographier le cercueil. Mais, ce n’est pas ça. Parce que des photos du cercueil de Jacques Chirac, il y en a eu beaucoup depuis dimanche dans les réseaux, prises par des particuliers,  et ça n’a pas l’air d’avoir beaucoup gêné.…. Donc, ce qui a choqué, ce n’est pas de sortir son téléphone dans la chapelle des Invalides et de photographier le cercueil de Jacques Chirac. Ce n’est pas ça, c’est le fait que ce soit un type particulier de photo, le selfie.

Pourquoi, en ces circonstances, le selfie peut-il choquer ? 

Pour y répondre, il faut se rappeler les raisons que les organisateurs du Festival de Cannes avaient invoquées l’an dernier pour interdire les selfies pendant la montée des marches. Ils avaient invoqué les encombrements que cela provoque, mais surtout la “trivialité” du geste. Eh oui, tout est là, prendre un selfie, c’est trivial, c’est vulgaire, c’est moche. 

De fait, ça nécessite une chorégraphie qui n’est pas des plus gracieuses : on tourne le dos au sujet (en l’occurrence un cercueil), on prend une pause, ça donnera une photo en général assez laide, avec une tête luisante en premier plan et un second plan mal cadré, et puis le message est assez sommaire “j’y étais”. Donc, oui, le selfie il y a toujours un peu de mauvais goût dans cette forme dégradée de l’autoportrait. Parfois il est porteur d’ironie aussi, mais de là y voir de l’irrespect et de l’indécence – à le disqualifier moralement – il y a un pas que les services du protocole n’ont d’ailleurs pas franchi, en laissant faire.

Néanmoins, on peut décider de bannir cette trivialité en certaines circonstances

C'est ce qu'a fait le Festival de Cannes. C’est ce que fait la Mecque, qui a interdit les selfies pendant les pèlerinages, en partie pour prévenir les encombrements mais aussi parce que cela désacralise l’acte religieux. 

Mais voilà, outre le fait que le recueillement dû à un ancien président de la République n’a pas le même niveau de sacré qu’un pèlerinage, est-ce qu'il y a des raisons de s'indigner autant de cette irruption de la trivialité pendant cet hommage ?

Eh bien je ne suis pas certain. Car, je me demande si cette trivialité n’entrait pas en correspondance avec ce que Jacques Chirac provoquait chez les Français. On a passé le week-end à vanter la proximité entre Jacques Chirac et les Français, son goût des phrases crues, de la bonne bouffe, et même, selon ses proches l'aptitude qu'il a eue à cacher sa grande culture sous un vernis de beaufitude. 

Est-ce que la trivialité du selfie tranche avec tout ça ? Pas sûr.

On pourrait y voir même un hommage. D’où une dernière question que je soumets. Croyez-vous qu’on fera des selfies devant le cercueil de Valéry Giscard d’Estaing ? Pas sûr…. 

  • Légende du visuel principal: Pourquoi les selfies face au cercueil de Jacques Chirac ont-ils choqué ? © Getty / Antoine Gyori - Corbis / Contributeur
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.