Pour faire face au règne des trolls sur les réseaux sociaux, le site Kialo a pour ambition d'organiser des débats sereins. Et Xavier de la Porte n'est que moyennement convaincu ...

Il est d’usage de considérer que débattre dans Internet, c’est horrible. Les gens s’insultent, n’argumentent pas mais disqualifient l’opinion adverse. Règnent les trolls qui pourrissent la discussion, les fabricants de fake news et les extrémistes de tout poil. Bref, rien de bon n’en sortirait. Partant de ce constat est né il y a un an un site du nom de Kialo, qui a pour ambition d’organiser une conversation sereine, argumentée et raisonnable.

Les grands principes : un sujet est soumis par quelqu’un sous forme d’une question, par exemple “faut-il limiter la liberté de parole ?” Les arguments sont divisés en deux colonnes, pour/contre, les arguments arrivant en tête étant les mieux notés. Ca, c’est pour éviter le côté linéaire des fils de discussion où les gens se répondent les uns à la suite des autres, où les arguments et contre-arguments s’enchevêtrent et où il faut remonter au début pour comprendre. Pas de ça sur Kialo, tout est clair. Par ailleurs, si vous cliquez sur un argument, vous entrez dans une sous-discussion. Par exemple, si quelqu’un dit : “il ne faut pas limiter la liberté d’expression parce que c’est un droit fondamental”, vous cliquez et entrez dans une discussion pour savoir si un droit fondamental doit être absolu, avec de nouveaux arguments pour/contre. Autre chose importante : il existe un système de modération qui empêche les trolls, les arguments complètement infondés, et - essentiel - les arguments sont anonymes : le propos prime sur la personne. En se baladant sur le site, on constate que les sujets de discussion sont variés - on y parle de la dernière pub Gillette sur la masculinité toxique ou du Brexit, - et que la promesse du site est respectée : on a l’impression d’entrer dans un paradis de la conversation où règnent la sérénité, la raison et la politesse. 

Mais qu’est-ce qu’on s’emmerde…. Après une heure passée à déambuler dans cet Eden de la raison, on n’a qu’une envie, retourner dans le bordel habituel, sur Twitter, Facebook, Reddit ou n'importe quel lieu du web où on discute. 

Pourquoi ?

D’abord parce qu’une discussion ne résume pas à l’exposé plat d’arguments pour-contre. Une vraie discussion est question d’enchaînements, de reformulation, d’endurance. Par ailleurs, la design de Kialo fait que personne ne peut l’emporter – se limiter à des colonnes pour/contre, c’est comme faire monter deux boxeurs sur un ring, énumérer leurs qualités sans jamais les faire combattre...…. Ensuite, dans une discussion, on aime savoir qui parle. Par l’anonymat, Kialo suggère qu’un argument a le même sens selon celui ou celle qui l’exprime. Or ce n’est pas vrai, la liberté d'expression n'est pas forcément la même quand elle est défendue par Dieudonné ou par un opposant politique dans une dictature.

Je vois deux illusions se manifester dans l’initiative de Kialo (mais on en a connu d’autres du même type et on en connaîtra sans doute encore). La première, c’est qu’on se ferait une idée plus claire sur de grandes controverses en éliminant la mauvaise foi, l’invective, les obsessionnels, ceux qui disent n’importe quoi. Tout ça fait partie de la discussion, qu’on le veuille ou non. La seconde illusion, c’est ce qu’on appelle le “solutionnisme’”, une idéologie très Silicon Valley qui considère qu’on peut régler les problèmes par la technologie : comme s’il suffisait de modifier design et fonctionnalités pour élever le débat. Si c’était aussi simple, ça se saurait. Bref, pour de mauvaises et de bonnes raisons, on peut avancer sans trop de risque qu’on va continuer encore longtemps à s’engueuler sur Internet, comme on l’a toujours fait dans la rue, les cafés et les dîners. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.