L’actualité du moment dans le monde des réseaux sociaux, c’est la croissance presque exponentielle de Tik Tok : cette application chinoise qui permet de faire de courtes vidéos, entre 6 et 15 secondes, au départ sur le principe du karaoké où on se filme tout en chantant en playback.

L'application en vogue des très jeunes 

On peut suivre des gens, partager, liker, comme c’est désormais la norme dans les réseaux sociaux. Lancée en 2016, l’application a été téléchargée plus d’un milliard de fois cette année (devant Facebook, Instagram ou Snapchat), principalement par des très jeunes. Si vous avez plus de 15 ans, et que vous n’en avez jamais entendu parler, ce n’est pas complètement dingue. 

Ecoutez et imaginez des gens qui dansent

Concurrence et dangers

Mais le succès de Tik Tok inquiète. Il inquiète ses concurrents, à commencer par Facebook qui a tenté de lancer une application concurrente, un échec. Il inquiète parce que Tik Tok, avec son public très jeune, pourrait se transformer en repère de pédophiles (des cas ont été répertoriés). Il inquiète aussi parce que, l’application étant chinoise, d’aucuns soupçonnent qu’elle puisse servir à une récolte massive de données. Résultat, le patron est en tournée pour essayer de rassurer tout le monde.

Le principe de Tik Tok interroge : en quoi ça consiste vraiment ? 

Si ces dangers sont réels, ce qui m’intéresse dans les réactions que provoque le succès de Tik Tok, c’est la circonspection. C’est très rare, et assez drôle. D’habitude, quand un nouveau réseau social commence à gagner en notoriété, il y a toujours des journalistes, ou des analystes de la tech qui comprennent le projet et savent que ça va marcher. Facebook, c’était pour mettre les gens en lien. Twitter, c’était pour échanger des informations et des opinions. Instagram, pour raconter sa vie en photos. Snapchat, ça garantissait l’effacement du contenu après visionnage. 

Avec Tik Tok, tout le monde peine à définir le projet. Du coup, on cherche des explications.

On invoque évidemment la question générationnelle. Après tout, le monde des pré-ados, on ne connaît pas. Là, c’est leur musique, leur façon de danser, leurs références, leur délire…. Ça nous échappe… Et puis, il y a les fonctionnalités techniques de la plateforme qui permettent de gagner très vite une popularité très forte. De fait, les scores de partage et de likes sont énormes. C’est manifestement une raison du succès. 

Mais est-ce qu’on comprend vraiment ce qui s’y joue dans cette quête de visibilité ?

Les plus connaisseurs disent que commence à apparaître une culture TikTok

Par exemple l’expression “Ok Boomer”, qui moque les baby boomers et qui a fait son entrée dans l’espace public il y a quelques jours quand une députée néo-zélandaise l’a employée pour tancer ses collègues plus âgés, l’expression « Ok Boomer » est née dans Tik Tok. Notre cher Redwane Telha, lui, y observe des différences d’usage entre Occidentaux et Asiatiques, dans la mise en scène de soi et trouve ça passionnant.

Mais bon, en vérité, le mystère demeure. Même les plus pointus peinent à expliquer ce qui se passe vraiment dans TikTok

Alors cette circonspection, je n’y échappe pas, je l’avoue. Quand je me balade dans Tik Tok, je ne comprends pas bien l’intérêt. Mais est-ce que ce n’est pas précisément cette circonspection qui est intéressante ? Cette circonspection qui risque toujours de tourner au mépris, mais dont l’ethnographe américaine Danah Boyd explique qu’elle est presque naturelle. Les jeunes, dit Danah Boyd, font sur Internet comme dans la vie : ils cherchent des endroits où les adultes ne sont pas. Ce qu’ils y font, à la limite, c’est secondaire. C’est en cherchant un sens qu’on montre qu’on a vraiment rien compris.

  • Légende du visuel principal: Le succès de Tik Tok © AFP / JAKUB PORZYCKI / NURPHOTO
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.