Rencontre autour de "Le déménagement", film documentaire de Catherine Rechard, notre invitée ce matin.

Le déménagement
Le déménagement © candela productions / Catherine Rechard

Présentation du film par Candela Productions :

"A Rennes, comme dans beaucoup d’autres villes françaises la Maison d’arrêt construite au début du 20e siècle déserte le centre ville au profit d’un Centre Pénitentiaire de 690 places construit en périphérie.Alors que le déménagement approche, les personnes détenues et les personnels ont une seule et même question : que sera la vie dans cette nouvelle prison ?Dans les deux établissements, le film s’interroge avec les personnages, sur la façon dont l'architecture interfère dans le mode de fonctionnement d'une prison et le lien entre la modernisation des locaux et l’amélioration de la vie en détention.Au-delà de la prison, il questionne le postulat selon lequel, nouveauté et avancées technologiques signifient nécessairement, mieux-être et progrès ."

Les liens

Le déménagement Pour signer la lettre ouverte au Garde des Sceaux, l’administration pénitentiaire demandant, pour la diffusion télé du film, le floutage des visages des personnes incarcérées qui apparaissent dans le documentaire. "Une demande qui revient à empêcher la diffusion télé puisqu’il n’est pas envisageable de flouter les visages des personnes qui ont choisi de s’exprimer à visage découvert", selon Candela Productions. Extrait de la lettre ouverte : "Avez-vous le souvenir d’avoir déjà croisé le regard d’un prisonnier ? Dans un journal ?  À la télévision…? Dans notre société de l’image, les hommes et les femmes emprisonnés sont des personnes sans visages. Car 30 ans après l’abolition de la peine de mort, on coupe encore de manière symbolique les têtes des condamnés.Dans les médias, l’art du flou est consommé. Visages transformés en brouillard, larges barres noires sur les yeux, beaucoup de pieds, de mains, de dos. Le prisonnier français n’a plus de visage. C’est pratique pour ne pas avoir à le dévisager. Risquerait-t-on de réaliser que derrière ses murs, il nous ressemble trait pour trait ?"

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter La justice, c'est comme la Sainte Vierge... (saison 2011-2012) Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.