Jean-Pierre Orban , pour"Vera" , un roman publié aux Editions Mercure de France

orban
orban © Radio France / orban

Londres, 1930 : Vera vit à Little Italy avec ses parents, Ada et Augusto, immigrés italiens. Rapidement la jeune fille se laisse enrôler dans une organisation à la gloire de Mussolini. Elle croit naïvement que l’idéologie fasciste lui forgera une identité. Mais l’arrivée de la guerre chamboule ses espérances. Écartelée entre sa langue maternelle et celle du pays d’adoption, Vera se laissera emporter par d’autres dérives. Puis elle croira enfin venu le temps de construire le récit de sa vie et de l’Histoire. De trouver sa vérité, elle dont le prénom signifie «vraie», et de la transmettre…Peuplé de personnages décrits à l’encre noire, ce roman bouleversant nous parle d’identité et de racines. Et de l’espoir, parfois déçu, de les dépasser.

Eugène Ebodé , pour "Souveraine Magnifique" , un roman publié auxEditions Gallimard / Continents Noirs

ebode
ebode © Radio France / ebode

«... J'ai donc voulu voir Souveraine Magnifique, cette rescapée des vastes massacres qui se sont abattus sur le Rwanda en 1994 avec la fureur de cyclones sanglants. C'est le pouls battant, mais la tête froide, que j'ai frappé à la porte de la jeune femme. On ne sait jamais qui vous scrute derrière des rideaux à peine frémissants. On ignore ensuite quel être, surgissant des fumeroles d'une épouvantable histoire, vous invitera à découvrir sur les marches du soir les fantômes qui peuplent et crucifient sa mémoire. Tout au long de nos conversations, ses souvenirs, ses confessions, sa colère moite, sa rage intacte portaient encore, vingt ans après la tragédie, trace des cris, des râles et des chuchotements venus d'outre-tombe. Ma rencontre avec Souveraine Magnifique et la vache Doliba, qu'elle cogérait avec le bourreau de ses parents, m'a montré combien la sagesse des anciens a pu voler au secours des temps modernes englués dans leur morale et leurs procès.

Caroline Cros pour"Duchamp" , une monographie publié aux Editions du Centre Pompidou ,

cros
cros © Radio France / cros

Une monographie à l'occasion de l'exposition, au Centre Pompidou, à Paris, "Marcel Duchamp, la peinture même" , jusqu'au 5 janvier 2015

Et les choix des libraires :

Déborah Damblon, de la librairie « La Licorne », à Bruxelles , pour « Zebraska » , un roman d’Isabelle Bary, publié aux Editions Luce Wilquin .

Martin Leroy, quinze ans six mois et vingt-deux jours, vient de recevoir un étrange cadeau : un paquet de feuilles reliées. Il croit d’abord à une farce – on ne lit plus de livres en 2050 –, mais lorsqu’il découvre sur la première page la dédicace À mon petit zébron Marty , il est pris d’un véritable tremblement. Au risque de paraître ringard, il entame clandestinement la lecture de ce texte qui dévoile la vie mystérieuse et bouleversée d’un enfant Haut Potentiel dans les années 2010 et celle de sa mère touchante et burlesque à la fois… Il comprend peu à peu qu’il n’est pas étranger aux secrets bien gardés que renferme le récit. On les appelle HP, HPI, surdoués, précoces, zèbres… Comme la plupart d’entre nous, Isabelle Bary ignorait tout de leur monde extra-ordinaire avant d’y être inopinément plongée. À l’abri de toute prétention, avec tendresse, humour et fantaisie, Zebraska tente de démystifier ces enfants pas comme les autres, menottés à des clichés fumistes et si souvent incompris.

Grégoire Courtois , de la librairie « Obliques » , à Auxerre , pour « L’An 2440 » , un poche de Louis-Sébastien Mercier, publié aux Editions La Découverte

Publié en 1771, L'An 2440, un rêve s'il en fut jamais nous entraîne dans un voyage inédit : Louis-Sébastien Mercier, l'auteur du célèbre Tableau de Paris , s'endort un soir à minuit et se réveille quelque sept cents ans plus tard, dans un Paris totalement nouveau. Sorte de Persan dans la capitale, il s'étonne de tout, est lui-même objet de curiosité et tire de sa vision de profondes réflexions tant politiques que sociales et économiques. Le Paris de 2440 , « auguste et respectable année », apparaît au lecteur à la fois comme un songe merveilleux et la description d'une société idéale. Louis-Sébastien Mercier, nourri des Lumières, croit en effet en la mission prophétique des philosophes et écrivains et délivre, avec L'An 2440 , sa vision d'un monde meilleur.

Jérémy Laniel , de la librairie « Carcajou » , à Rosemère, au Canada , pour « Ma vie rouge Kubrick » , un essai de Simon Roy , publié aux Editions Boréal

The Shining , de Stanley Kubrick, cette histoire étrange située dans un hôtel où s’installent hors saison un écrivain, sa femme et leur garçon aux pouvoirs extrasensoriels, a impressionné une foule de spectateurs depuis sa sortie en 1980. C’est à l’âge de dix ans que Simon Roy a découvert ce film, médusé par une réplique : « Tu aimes les glaces, canard ? » Depuis, il l’a revu au moins quarante-deux fois, sans doute parce qu’il « contient les symptômes tragiques d’une fêlure » qui l’habite depuis des générations. La relation méticuleuse entretenue avec le maléfique récit lui aura permis d’intégrer les éléments troubles de sa « généalogie macabre », d’en accuser le coup. Un ouvrage singulier, stupéfiant dans lequel l’auteur questionne la fascination qu’on peut tous avoir pour une œuvre à un moment ou l’autre de sa vie.

Laura Sanchez , de la librairie du Boulevard, à Genève, en Suisse , pour « Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches, et les pauvres de plus en plus pauvres ?: Mon premier manuel de pensée critique » , un livre jeunesse de Monique Pinçon-Charlot & Michel Pinçon avec des illustrations Etienne Lécroart, publié aux Editions La Vie brûle .

Documentaire sur la richesse, la pauvreté et les inégalités qui en découlent, expliquant les caractéristiques des classes et de la reproduction sociales, ainsi que les capitaux financiers et sociaux. 20 questions et 20 réponses illustrées permettent aux jeunes lecteurs d'aiguiser leur esprit critique sur la question des déterminismes sociaux. Un ouvrage documentaire jeunesse engagé.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.