Cap sur Haïti ce week-end pour un grand reportage dans les rues de Port-au-Prince avec l'auteure Emmelie Prophète. Vous entendrez le son d'Haïti en immersion! L'écrivain français Philippe Besson vous parlera en studio de son nouveau roman et la suissesse Mélanie Chappuis nous emmènera au Chili...

Un hommage à Michel Legrand depuis Port-au-Prince avec Emmelie Prophète

Philippe Besson, pour "Un certain Paul Darrigrand", publié aux Éditions Julliard : Cette année-là, j’avais vingt-deux ans et  j’allais, au même moment, rencontrer l’insaisissable Paul Darrigrand et  flirter dangereusement avec la mort, sans que ces deux événements aient  de rapport entre eux. D’un côté, le plaisir et l’insouciance ; de  l’autre, la souffrance et l’inquiétude. Le corps qui exulte et le corps  meurtri. Aujourd’hui, je me demande si, au fond, tout n’était pas lié... Après Arrête avec tes mensonges, Philippe Besson poursuit son dialogue avec les fantômes de sa jeunesse et approfondit son souci d’exprimer sa vérité intime.

Mélanie Chappuis, pour "La pythie", publié aux Éditions Slatkine : A l’âge de 22 ans, dans les bras de Jérôme, Adèle Meurice entrevoit les  circonstances exactes de l’accident : son amour est renversé par une  voiture et meurt dans l’ambulance. La prophétie se réalise point par  point. Dévastée par cette prémonition, Adèle a ensuite à plusieurs  reprises la confirmation qu’elle possède le don d’entrevoir le pire dans  des circonstances extatiques. Pourquoi l’orgasme lui montre-t-il  l’autre dans son dernier instant ? D’où vient cette malédiction ? Une  quête identitaire autour du plaisir, de la mémoire et de la  transmission.

Un reportage avec Emmelie Prophète au parc de la Place Boyer, dans le quartier de Pétion-ville à Port-au-Prince, pour "Un ailleurs à soi", à Port-au-Prince, publié aux Éditions Mémoire d'Encrier : Tout un peuple se prépare à fuir,  s’inventant un ailleurs à défaut d’un avenir. Partir est un mythe auquel  personne n’échappe. Au Ayizan, chic restaurant de Pétion-Ville, se font  et se défont les voyages. Lucie sert les clients le jour et vend son  corps la nuit. Maritou fuit la haine de Jeannette et la pitié de  Clémence ses demi-sœurs. Elle vomit son angoisse et sa solitude jusqu’à  sa rencontre avec Lucie. Elles s’apprivoisent jusqu’à s’aimer. Un  ailleurs à soi, miroir où se tissent illusions et vœux de départ.

Les coups de cœurs et les coups de gueules des libraires :

Un coup de gueule de Matthieu Colombe, de La Librairie Goulard, à Aix-en-Provence : Matthieu pousse un coup de gueule contre les nombreux livres publiés qui vantent les vertus de l’éducation positive. Selon lui, ce sont des livres souvent vides d’arguments et qui font culpabiliser le lecteur sur l’éducation qu’il donne à ses enfants. 

Un coup de cœur de Laura Sanchez, de La Librairie du Boulevard, à Genève, pour « Sans Silke », un roman de Michel Layaz, publié aux Éditions Zoé : Silke se souvient du temps passé à La Favorite alors qu’elle avait dix-neuf ans et s’occupait chaque fin d’après-midi de la petite Ludivine. Embrasser les arbres, apprendre à voler comme les oiseaux, dormir à la belle étoile, neuf mois durant, toutes deux auront vécu côte à côte dans un monde onirique, en marge des parents de la fillette absorbés par leur relation exclusive. Avec ce nouveau roman, Michel Layaz poursuit son exploration des failles familiales. Il attrape avec précision les gestes d’une enfant qui s’arcboute de joie après un coup réussi au billard, qui se caresse les épaules de satisfaction lors d’un moment d’intense concentration et dont les mots peuvent rappeler ceux des meilleurs poètes : « J’ai envie de larmes ».

Un coup de gueule d’Annick Dor, de La Librairie de La Mazerine, à La Hulpe, en Belgique, sur « La Boucherie - Autopsie d'une histoire d'amour », une BD Poche de Bastien Vivès, publié aux Éditions J’ai Lu : Autopsie d’une histoire d’amour, La Boucherie raconte ces instants qui font et défont la vie d’un couple. De la surprise des débuts à la douleur de la séparation, Bastien Vivès esquisse, tout en douceur et au crayon de couleur, toute la complexité du rapport amoureux et signe là un ouvrage d’une grande finesse teintée de poésie. Parce que les histoires d’amour finissent mal en général!

Un coup de cœur de Jérémy Laniel, de La Librairie du Carcajou, à Rosemère, au Canada, pour « Golgotha », un recueil de poésie de Benoit Jutras, publié aux Éditions Les Herbes rouges : Golgotha est un lieu d’apparitions, espace où se déploie un «je» massif et creux, habité. Constellé d’altérités, il se sonde, se sculpte, remonte ses époques. Il revient du passé le visage dissimulé par un loup, et laisse parler le loup. Le corps, la voix du poète forment un théâtre privé: dans la boîte de son crâne des créatures tonnent de colère, s’offrent comme énigmes ou se replient dans la honte. En orbite entre les mondes, ces présences rappellent que la parole est un sort. Avec des poèmes parfois lapidaires, contondants, parfois logorrhée vertigineuse, Benoit Jutras présente «les humains qui dorment / debout dans les accidents», et demande, envahi: « combien de totems en moi maintenant »?

La programmation musicale : 

  • Christine And The Queens - 5 dols - Because
  • Los Orioles - L'ombre - Rock This Town Records
  • Sweet Micky - Pa Manyen Fanm Nan - Créon Music
  • Rataro - To au e po tupuna - Oceane Production (bonus créole)
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.