Cette semaine, La libraire Francophone nous emmène à Tahiti avec Rosanne Ariès accompagnée du groupe Vaiteani, au Maroc des années 60 avec Tahar Ben Jelloun. Tandis que le Belge Sébastien Ministru nous parle de l'apprentissage à la lecture et à l'écriture d'un homme de 90 ans.

Tahar Ben Jelloun, pour « La punition » publié aux Éditions Gallimard : La punition raconte le calvaire, celui de dix-neuf mois de détention, sous le règne de Hassan II, de quatre-vingt-quatorze étudiants punis pour avoir manifesté pacifiquement dans les rues des grandes villes du Maroc en mars 1965. Sous couvert de service militaire, ces jeunes gens se retrouvèrent quelques mois plus tard enfermés dans des casernes et prisonniers de gradés dévoués au général Oufkir qui leur firent subir vexations, humiliations, mauvais traitements, manœuvres militaires dangereuses sous les prétextes les plus absurdes. Jusqu’à ce que la préparation d’un coup d’État (celui de Skhirat le 10 juillet 1971) ne précipite leur libération sans explication. Le narrateur de La punition est l’un d’eux. Il raconte au plus près ce que furent ces longs mois qui marquèrent à jamais ses vingt ans, nourrirent sa conscience et le firent secrètement naître écrivain.

Sébastien Ministru, pour « Le père le fils et l’amoureux » publié aux Éditions Grasset : Approchant de la soixantaine, Antoine, directeur de presse, se rapproche de son père, veuf immigré de Sardaigne voici bien longtemps, analphabète, acariâtre et rugueux. Le vieillard accepte le retour du fils à une condition  : qu’il lui apprenne à lire. Désorienté, Antoine se sert du plus inattendu des intermédiaires  : un jeune prostitué aussitôt bombardé professeur. S’institue entre ces hommes la plus étonnante des relations. Il y aura des cris, il y aura des joies, il y aura un voyage.
Le père, le fils, le prostitué. Un triangle sentimental qu’on n’avait jamais montré, tout de rage, de tendresse et d’humour. Un livre pour apprendre à se lire.

Rosanne Ariès pour« Dictionnaire insolite de Tahiti » publié aux Éditions Cosmopole et le groupe tahitien Vaiteani pour une rencontre culturelle et musicale autour de l’archipel. 

Dictionnaire insolite de Tahiti: Tahiti, un paradis ? Ou un désert d’ennui sur pilotis ? Reines de tous les fantasmes, les îles de la Polynésie française font rêver et craindre le pire : un soleil qui prend la pose et un temps qui s’écoule sans heurt… S’il est mille occasions de prendre l’eau, le fenua est aussi le meilleur endroit pour atteindre des sommets. Sur ses vieux volcans bordés de sable, gorgés de fruits et d’esprits, les danses content des histoires, le poisson se mange cru, les fragrances couronnent et les vieux chevaux fredonnent Gauguin. Le risque n’est pas de s’y languir, c’est de finir par aimer le fafaru, craindre les tupapa’u et oser le tamure !

Vaiteani : Lauréats du tremplin « 9 semaines et un jours jour » ils séduisent Laurent Voulzy, qui les remarque en 2011 sur la grande scène des Francofolies. Le duo Vaiteani ont sorti le 20 octobre leur 1 er album . Leur folk polynésien est une belle révélation

"Les coups de cœur" et "les coups de gueule" des libraires:

Un coup de gueule de Dominique Bressoud, de La Librairie Une petite prose, à Boudry, en Suisse, sur les grandes surfaces qui appliquent une politique « sauvage » sur le prix du livre : Les grandes surfaces, en Suisse, profitent du fait que le prix des livres n’est pas fixe et que les remises sont permises, pour faire de faux rabais. Cette tendance met dans une situation intenable les libraires indépendants, qui eux s’en tiennent au prix recommandé par l’éditeur. Le pire c’est que, parfois, la remise n’est pas réelle ! Rien ne les empêche de fixer un prix puis de pratiquer une remise, mais en laissant le prix supérieur à celui recommandé par l’éditeur !

Un coup de gueule de Marie-Noëlle Blais, de La Librairie Raffin, à Montréal, au Canada sur les distributeurs qui sous évaluent les quantités d’exemplaires à faire venir au Canada : Les distributeurs semblent souvent évaluer de façon trop serrée les quantités d’exemplaires à faire venir au Canada. Comme s’ils minimisaient le potentiel de certains titres, ou la capacité des libraires. Résultats : des ruptures de stock de titres tout juste 2 semaines après la sortie, des clients impatients et perplexes et des libraires fatigués de devoir continuellement répondre « titre manquant… ça va arriver par bateau, dans un mois ». Cette situation ne profite à personne. 

Un coup de cœur d’Annick Dor, de La Librairie de La Mazerine, à La Hulpe, en Belgique, pour « Yourcenar en images », un beau-livre de Michèle Goslar, publié aux Éditions Racine : Outre la reconstitution de sa vie et de sa carrière, ce livre album présente une Marguerite Yourcenar plus intime : l'impact de la perte de la mère à la naissance, l'influence d'un père aventurier, les acquis d'une enfance à la campagne, l'ambition de réussir dans les Lettres, la découverte de la culture, le but avoué de ses multiples voyages, le bonheur continuellement manqué, l'exil en Amérique, les deux romans qui firent sa notoriété, l'inquiétude quant à l'état du monde, la compassion pour la Nature et les espèces et, enfin, sa volonté de vivre et de mourir « les yeux ouverts ». Cet ouvrage présente de nombreuses photographies, issues pour la plupart des archives privées de Marguerite Yourcenar, première femme élue membre de l'Académie française.

Un coup de cœur de Sophie Todescato, de La Librairie Les Temps Modernes, à Orléans, en France, pour « Obock » un roman de Jean-Jacques Salgon, publié aux Éditions Verdier : Il y a des noms de villes qui semblent condenser tout le pouvoir attractif d’un lieu, toute la mythologie sur quoi se fonde notre désir de voyager. Ainsi Tombouctou, Zanzibar, Vancouver ou Valparaiso… C’est le nom d’Obock, celui d’une ancienne colonie française devenue aujourd’hui port de la République de Djibouti, qui est à l’origine de ce récit et du voyage que Jean-Jacques Salgon entreprend en février 2016 pour, selon ses mots, aller « visiter ce qui n’existe plus ». Que Rimbaud et l’explorateur nîmois Paul Soleillet s’y soient un jour croisés, aient pu s’y entretenir de leurs projets commerciaux et des périls encourus sur les pistes qui conduisaient leurs caravanes vers le royaume du Choa, que leur vie aventureuse ait trouvé, sous ces climats hostiles, chacune à sa façon, sa fin précoce, voilà qui donne un relief particulier aux évocations dont ce livre est tissé.

Programmation musicale:

  • Vaiteani - Honu Iti E - Live au studio 621
  • L - Tant pis - Tôt ou Tard
  • Vaintani - Belle-Île-En-Mer, Marie-Galante - Live en studio 621
  • Kassav / Jocelyne Beroard / Jean-Philippe Marthely / Jacob Desvarieux - Wep - Columbia
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.