Au sommaire de votre émission culturelle internationale ce samedi, une rencontre. L'écrivain à succès Didier Daeninckx sort un court roman sur la montée des extrémistes. Et le groupe Lo'Jo publie un livre CD. Entretien croisé avec deux titres du groupe joués en studio. Et puis, nous parlerons aussi du syndrome de l'enfermement avec la québécoise Christine Eddie

Didier Daeninckx , pour "Retour à Béziers" , publié aux Editions Verdier .

verdier
verdier © Radio France

Contrainte de quitter Paris parce que sa retraite est trop faible, Houria décide de revenir vivre à Béziers, la ville de son enfance. Elle trouve facilement à se loger dans un immeuble haussmannien du centre-ville avec vue sur les Champs-Élysées biterrois, les allées Paul-Riquet qu’arpentent les candidats aux élections municipales. Plus grand-chose ne subsiste de la ville florissante de son souvenir. L’ancienne capitale du Midi viticole est aujourd’hui rongée par la pauvreté, frappée de déshérence, victime de l’incurie. On y perd même au rugby…Au printemps 2014, alors que les thématiques du Front National y trouvaient un écho amplifié, Didier Daeninckx a suivi Houria le long des façades délabrées, des vitrines murées, des ruelles à l’abandon, dans la cité de la Devèze où se sont succédés rapatriés et immigrés. Un décor sur lequel ses personnages ne projettent plus que leurs ombres désabusées.

Lo'Jo , à l'occasion de la sortir du Livre-Disque"310 lunes" , sur le label Harmonia Mundi

lo jo
lo jo © Radio France

Pétris de poésie et de musique créole, cela fait plus de vingt ans que le groupe Lo’Jo trace dans le paysage musical français sa route singulière, rythmique et colorée. Ils avaient rêvé d’un album instrumental; ils l’ont fait, en l’accompagnant d’un travail photographique. Et de bonus. 310 lunes , 310 notes égrenées, 310 souffles.

Pour retrouver toutes les dates de concerts de Lo'Jo, c'est ici!

Christine Eddie , pour"Je suis là" , publié auxEditions Alto

eddie
eddie © Radio France

Angèle voyage sans bagages. Elle croit au destin et ne tourne pas le dos aux miracles. Personne ne lui veut du mal. Pas depuis qu’un tir groupé d’infortunes l’a prise pour cible. Pas depuis que la vie lui a offert le plus grand des bonheurs pour, peu après, le lui arracher et la jeter sur une île déserte. Presque quatre ans plus tard, l’île d’Angèle s’est repeuplée. À Shédiac, où elle vit entourée de voisins parfois turbulents et d’une tribu de meneuses de claques, elle compte les heures et apprivoise le mode d’emploi de sa nouvelle existence. C’est une histoire vraie, mais ce n’est pas tout à fait la vérité. Plutôt un récit à moitié inventé, un refrain consolateur où ailes rime avec embellie et force, avec mémoire. La preuve que l’imagination a toujours le dernier mot.

Et les chroniques des libraires :

Deborah Damblon , de la librairie "La Licorne" à Bruxelles , pour "L'histoire d'un amour" , un roman deCatherine Locandro , publié aux Editions Héloïse d'Ormesson .

La lecture d'un article de La Republica fait basculer la vie d'un professeur de philosophie, Luca. En 1967, il a vécu une histoire d'amour intense et secrète avec la Chanteuse qui venait de perdre son compagnon. Cette liaison est révélée, dans une biographie, huit ans après la mort de la Chanteuse. La femme de Luca veut le quitter. C'est peut-être le moment pour lui de dépasser ces souvenirs.

Grégoire Courtois de la librairie "Obliques" , à Auxerre, pour "Poèmes français" un recueil de poèsie deFernando Pessoa , publié aux Editions la Différence .

L’œuvre de Fernando Pessoa est une des œuvres les plus importantes du XXe siècle et probablement de tous les temps. Cet immense poète qui écrivait « ma patrie est la langue portugaise », rêva longtemps de devenir un écrivain reconnu de langue anglaise. Un volume conséquent de son œuvre poétique fut rédigé en anglais. Le français fut dans les années 1906-1908, avant la mise en place de son système des hétéronymes qui prit toute son ampleur à partir de 1914, sa deuxième langue d’expression littéraire. Durant toute sa vie, il fut un grand lecteur et les échos de Nerval, de Baudelaire, de Verlaine, de Rollinat ou de Mallarmé qu’on entend dans certains poèmes ou dans certaines ébauches, sont un hommage tacite au rayonnement intellectuel de la France. La présente édition donne pour la première fois l’ensemble des poèmes français de Pessoa comme certaines traductions en français qu’il réalisa lui-même. Des fac-similés du Fonds Pessoa conservé à la Bibliothèque de Lisbonne y sont reproduits.

Une préface de Patrick Quillier introduit le volume.

Manon Trépanier , de la librairie "Alire" , à Longueuil, au Québec , pour "La maison, la ville et les gens" , un Beau-Livre deJean-Nicolas Orhon et Nicolas Reeves , publié aux Editions du Passage .

Dans La maison, la ville et les gens Jean-Nicolas Orhon troque sa caméra contre une plume pour nous livrer, sous la forme d’un carnet de voyage et tournage rétrospectif, son expérience et ses réflexions de documentariste, de citoyen, d’homme. En parallèle, le chercheur Nicolas Reeves, qui a accompagné Jean-Nicolas Orhon dans plusieurs de ses voyages, nous livre une réflexion marquante et parsemée d’anecdotes, sur les solutions trouvées par les habitants pour réussir à vivre ensemble dans un espace restreint aux ressources limitées.

Au fil de plus de 150 photographies couleur prises au fil des voyages, le lecteur entre dans le quotidien des habitants de onze bidonvilles à travers le monde.

La maison, la ville et les gens s’inscrit à contre-courant du misérabilisme entourant habituellement ce sujet très médiatisé, mais souvent stéréotypé. Cet ouvrage traite de la résilience des individus et de la capacité des collectivités à s'adapter à un monde hostile. Malgré un contexte d’extrême pauvreté, les habitants des bidonvilles assurent la transmission et la continuité de leur culture, de l’ADN de leur société et de leur identité, à l’encontre de l’image de chaos inhumain dont est souvent affublé leur lieu de vie.

Nathalie Romanens , de la librairie "Des livres et moi" , à Martigny, enSuisse , pour "Ceux qui restent" , une bande dessinée de Damien Marie et Christophe Dubois , publiée chez Bamboo Editions .

Un voyage en Alzheimer.

Florent a perdu sa femme beaucoup trop jeune.

Il a tenté d’élever seul sa trop petite Lilie, maladroitement ou certainement pas assez. Et Florent et sa fille se sont perdus à leur tour. Elle l’a laissé encore plus seul pendant 20 ans. Aujourd’hui, à 70 ans, il n’a qu’un souhait, il veut la retrouver avant de mourir ; sa Lilie qui vient maintenant le voir presque tous les jours, mais qu’il ne reconnaît plus.

La maladie lui vole la mémoire pour le laisser toujours plus seul. Alors il cherche sans relâche, en vrac, dans les bribes de trop vieux souvenirs… Florent n’abandonnera plus ; un voyage en Alzheimer.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.