Cette semaine, dans la Librairie Francophone, un étrange braquage commis par un jeune homme d’à peine 20 ans, de la cuisine marocaine pour se mettre en appétit et des tours de magie réalisés par un malicieux Québécois épris de sciences et de mathématiques…

Abdel Alaoui, pour "Alimentation générale - 80 recettes marocaines ", publié aux Éditions La Martinière : Abdel Alaoui est le roi des doubles cultures. Dans sa cuisine marocaine,  empreinte de sa touche française et de sa bonne humeur, ce véritable  chef comédien concocte 80 recettes salées et sucrées, des kemias aux  desserts, en passant par des petits et grands plats conviviaux, des  pains bien garnis et des boissons ensoleillées à partager.  1 chef cuisinier comédien franco-marocain. 1 blanquette de kefta. 1 louche de savoir-faire. 1 jasminade. 1 pincée d'humour. 1 couscoussier de gourmandise.  Mélangez... dégustez !

Luc Langevin, pour "La science de l'illusion", publié aux Éditions Michel Lafon : Mentalisme, voyage dans le temps, téléportation… Si chacun sait que la magie n’existe pas, Luc Langevin, parce qu’il nous émerveille, parvient à nous persuader du contraire. Pourtant, ce déenchantement du monde, nous le portons en nous. À la fois scientifique et psychologue, Luc Langevin nous apprend comment nos cinq sens sont loin de dévoiler la totalité de l’univers, comment notre cerveau, qui reçoit et restitue 90% des images parvenant à notre conscience, peut nous induire en erreur. De « la théorie du corridor » à « la lecture froide », il détaille les méthodes des illusionnistes pour cerner notre personnalité, détourner notre attention et nous emmener où bon leur semble. Enfin, ce scientifique de formation montre comment, de l’électromagnétisme à la physique quantique, la connaissance et la maîtrise des forces invisibles qui régissent notre monde constituent la voie royale vers la magie.

Alexandre Brandy, pour "Il y a longtemps que je mens", publié aux Éditions Grasset : Hariri, Khadafi, Assad ; à 20 ans, Alexandre Brandy s’est tour à tour présenté comme leur neveu dans de prestigieuses agences immobilières pour se faire traiter comme un prince et visiter les plus belles propriétés de la capitale. Jusqu’à s’en lasser et décider un jour de braquer l’un de ces hôtels particuliers en y enfermant l’agent immobilier et sa propriétaire pour lui dérober ses bijoux avant d’aller attendre sagement son arrestation chez sa mère, à Chantilly. Pour autant, Alexandre ne se considère pas comme un voleur mais comme un joueur, un enfant nostalgique des jeux d’indiens et de cowboys. Un jeune homme qui,  pour se faire un nom, a eu besoin de ceux des autres, et pour exister, de se faire arrêter, lui, le fils de militaire. Alexandre Brandy est surtout un auteur qui a pensé ce jeu de dupes pour mieux faire résonner la formule Rimbaldienne  : Je est un autre.
De son premier mensonge à son incarcération à la prison de Fleury-Mérogis, il livre ici ses confessions dans un récit stupéfiant, hybride et inclassable. Construit comme un puzzle dévoilant progressivement le visage de l’auteur, il entrecoupe son récit de scènes de son enfance, d’épisodes de notre Histoire nationale ou de références littéraires qui sont autant de clés pour percer sa personnalité et comprendre ses méfaits. Ainsi y croise-t-on, parmi les policiers, les prisonniers et les agents immobiliers, Proust, Dostoïevski, Napoléon, Baudelaire, et lit-on à la fois un témoignage passionnant et un premier roman atypique où fiction et réel se mêlent et se répondent.

Les coups de cœurs de les coups de gueules des libraires!

Un coup de gueule de Marie-Hélène Vaugeois, de la Librairie Vaugeois, au Québec, sur le vedettariat dans les Salons du livre : Il y a quelques semaines se terminait le Salon du livre de Québec. Au détour de ses déambulations dans le Salon, Marie-Hélène entendait le public s’extasier de voir telle ou telle vedette de la télévision québécoise. La plupart avait écrit un livre, mais pour une majorité de leurs fans, elle a eu le sentiment qu’il importait plus de saluer l’acteur ou l’humoriste que de s’intéresser à leurs écrits. Rendant le livre bien secondaire alors que ça devrait être sa fête.

Un coup de cœur d’Annick Dor, la Librairie de La Mazerine, à La Hulpe, en Belgique, pour « L'audition du docteur Fernando Gasparri », un poche de Giuseppe Santoliquido, publié aux Éditions Espace Nord : Bruxelles, été 1932. Alors que des mouvements de grève mettent le pays sens dessus-dessous, le docteur Gasparri reçoit les Guareschi, un couple de jeunes exilés originaires de la même région que lui en Italie. Entre le médecin et ses patients, des trajectoires analogues et des souvenirs communs tissent des liens affectifs. Jusqu’au jour où débarque Oreste, le frère cadet de Madame Guareschi, qui a fui l’Italie fasciste dans des circonstances troubles. Dès lors, la destinée du paisible docteur Gasparri s’engage sur des rails aléatoires. Il se trouve amené, bien malgré lui, à sonder sa conscience. Et à agir, à faire des choix. Jusqu’au dernier, essentiel.

Un coup de cœur de Dominique Bressoud, de la Librairie Une petite prose, à Boudry, en Suisse pour « Automates et merveilles » (un Beau Livre Dvd), un Collectif sous la direction de Nicole Bosshart, publié aux Éditions Alphil : Les trois ouvrages et le DVD réunis dans cette publication présentent un projet de restauration de trois pièces de prestige, œuvres d’horlogers neuchâtelois, appartenant aux trois grandes collections horlogères du canton, celles du Musée international d’horlogerie de La Chaux-de-Fonds (MIH), du Musée d’horlogerie du Locle-Château des Monts (MHL) et du Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (MAHN).  Cette publication présente les résultats des études historiques et des restaurations qui ont permis de multiples découvertes sur des objets présents dans les musées neuchâtelois depuis plus de cent ans pour l’un, trente-quatre ans et quatre-vingt-sept ans pour les autres. Une exposition présentée successivement dans les trois musées conclura, d’avril à octobre 2018, l’ensemble de cette action en faveur de ces chefs-d’œuvre.

Un coup de gueule de Thomas Auxerre, de la Librairie L’Amandier, à Puteaux, sur « A l’aube », un roman de Philippe Djian, publié aux Éditions Gallimard : Etats-Unis, côte Est, non loin de Nantucket. Marlon et sa soeur Joan viennent d'enterrer leurs parents, morts dans un accident de voiture. Ils doivent maintenant se débrouiller seuls avec la maison, les souvenirs qui la peuplent, et apprendre à vivre ensemble, eux qui n'ont plus cohabité depuis longtemps. Surgit Howard, un vieil ami de la famille. Il cherche à les convaincre d'entreprendre de mystérieuses fouilles dans la cave - tout en dissimulant ce qu'il espère y trouver. L'intrusion ne plaît pas du tout à John, le shérif de la ville, qui vient proposer son aide. Mais Howard est très tenace. Pas évident, dans ces conditions, de faire son deuil...

La programmation musicale:

Marie-Flore - Braquage - Label 6 & 7

Youssou N'Dour / Régis Givazo / Doudou Rose et sa troupe - Il n'y a pas d'amour heureux - Nonesuch

Barbara Carlotti - Voir les étoiles tomber - Elektra Drance

Zanmari Bare - Mwin gaby - Zanmari Bare (supplément créole)

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.