Leïla Slimani, Kidi Bebey, Philippe Jaenada et Jean-Louis Fournier

  • Leïla Slimani, pour "Chanson douce", un roman publié aux Éditions Gallimard

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame.

À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

  • Kidi Bebey, pour "Mon royaume pour une guitare", un roman publié aux Éditions Michel Lafon

Une narratrice revient sur son histoire familiale et la vie de ses parents qui, quittant le Cameroun pour suivre leurs études, tombèrent amoureux en France où ils fondèrent une famille.

Comment vivre en France quand on est éloigné de sa terre natale ? Faut-il voir cette vie comme une parenthèse en attendant un retour au pays qui n’arrive pas ? À l’inverse comment trouver sa place lors des séjours au Cameroun entre attentes de la famille et l’inéluctable distance qui se crée au fil des ans ? À moins qu’il ne faille apprendre à être heureux, un pied sur chaque rive en dépit des soubresauts de l’histoire et des luttes d’indépendance…

Le formidable destin d’une famille dont le père va transcender les difficultés du grand départ et laisser sa passion pour la musique bouleverser sa vie.

Et une séquence Actualité des livres de poche avec Philippe Jaenada pour "La petite femelle", publia aux Éditions Points et Jean-Louis Fournier, pour "ça m'agace!", publié aux Éditions Le livre de poche

  • Philippe Jaenada, "La petite femelle", Éditions Points

Une narratrice revient sur son histoire familiale et la vie de ses parents qui, quittant le Cameroun pour suivre leurs études, tombèrent amoureux en France où ils fondèrent une famille.

Comment vivre en France quand on est éloigné de sa terre natale ? Faut-il voir cette vie comme une parenthèse en attendant un retour au pays qui n’arrive pas ? À l’inverse comment trouver sa place lors des séjours au Cameroun entre attentes de la famille et l’inéluctable distance qui se crée au fil des ans ? À moins qu’il ne faille apprendre à être heureux, un pied sur chaque rive en dépit des soubresauts de l’histoire et des luttes d’indépendance…

Le formidable destin d’une famille dont le père va transcender les difficultés du grand départ et laisser sa passion pour la musique bouleverser sa vie.

  • Jean-Louis Fournier, "Ça m'agace!", Éditions Le Livre de Poche

Le goût de vivre est une chose fragile. Un rien peut vous le faire passer. Il suffit d’une bestiole d’un centimètre qui doit peser un gramme, un moustique en l’occurrence, pour transformer une nuit en cauchemar. Mais ce n’est pas tout. Il y a le serveur vocal qui fait semblant de ne pas vous comprendre et n’a jamais un mot gentil ; le désespéré qui choisit de se faire déchiqueter par votre TGV et vous fait louper votre entretien d’embauche ; les campagnes de dépistage qui vous rappellent avec délicatesse que vous êtes biodégradable ; les routiers qui essaient de se doubler sur l’autoroute ; le palmarès des hôpitaux qui révèle que l’hôpital où vous allez vous faire opérer de la hanche a obtenu la plus mauvaise note ; les pigeons qui chient partout ; les imprimeurs qui impriment en tout petit ; les exclusions de votre contrat d’assurance ; les mites qui attaquent de préférence l’endroit le plus visible de votre pull en cachemire ; les ouvre-boîtes intégrés qui font gicler sur votre pantalon l’huile de vos sardines, et beaucoup d’autres choses dont l’auteur vous réserve la mauvaise surprise.

Le choix des libraires:

  • Un coup de cœur de Jérémy Laniel, de La Librairie Carcajou, à Rosemère, au Canada, pour « Marie-Hélène au mois de mars », un poche de Maxime Olivier Moutier, publié aux Éditions Marchand de Feuilles

Sous l'appellation frondeuse de « roman d'amour », Marie-Hélène au mois de mars détaille le séjour dans l'aile psychiatrique d'un homme dont la tentative de suicide a échoué. Au milieu des fous qui hurlent et entre deux doses de somnifères, le narrateur fait le récit des événements ayant mené à son internement. Un soir de mars, la femme aimée le trahissait. Un jour plus tard, elle lui sauvait la vie.

  • Un coup de gueule de Déborah Danblon, de La Librairie La Licorne, à Bruxelles, sur La multiplication des livres politiques français.

En cette rentrée littéraire une dizaine de livres politiques publiés par des personnalités politiques françaises sont en librairie. Tous les bords politiques français sont représentés et tous sont en campagne pour les primaires de leur parti ou pour l’élection présidentielle de 2017.

  • Un coup de cœur de Grégoire Courtois, de La Librairie Obliques, à Auxerre, pour « Le ruban », un livre jeunesse d’Adrien Parlange, publié aux Éditions Albin Michel Jeunesse

A première vue, Adrien Parlange compose un imagier « subjectif », aux illustrations vives et élégantes, dont on pourrait se contenter de tourner les pages avec plaisir et curiosité. Mais il ne s’arrête pas là. Un ruban unique que le lecteur manipule spontanément pour lui donner la forme attendue, est pris dans la reliure tel un signet, et vient compléter chaque image hors de la page. En jouant avec les cadrages de l’image, l’auteur prête au ruban un rôle différent à chaque page : la langue d’un gros serpent, le corps d’un petit, le filet de thé sortant de la théière, le lacet défait, l’éclair de l’orage, etc.

  • Un coup de cœur de Dominique Bressoud, de la Librairie Une petite prose, à- Boudry, en Suisse, pour «Puccini l'aimait », un premier roman de Brigitte Hool, publié aux Éditions L’Age d’Homme

Le rideau s'ouvre sur un récit émouvant. On y découvre un Giacomo Puccini amoureux, entouré de femmes, de morts et de fantômes. Entre ses tourments et la béatitude de la création, les muses se glissent dans l'intimité du compositeur italien. Entouré de secrets et d'intrigues, le souvenir d'une seule maîtresse l'accompagne dans sa vie et au-delà.

La Programmation musicale:

  • Cyril Mokaiesh / Bernard Lavilliers - La loi du marché - Un plan simple

  • Mesparrow - Les écrans - Yoatanka / Pias

  • The Fugees - Fu-gee-la - Columbia

  • Rara Carlton - Choukoun - Iris Music - Choix créole

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.