Cette semaine, dans La Librairie Francophone, un cocktail inattendu : la rencontre des Poésies et du Football...

Ernest Pignon-Ernest, pour son ouvrage "Visages de Scampia", et pour une rencontre avec Vikash Dhorasso, autour du recueil "Tatane, 50 idées joyeuses pour changer le foot":

Ernest Pignon-Ernet - "Le Visage de Scampia" - publié aux Éditions Gallimard: Cet ouvrage est le fruit d'une rencontre : en 2015, l'artiste Ernest Pignon-Ernest souhaite prolonger à Naples le parcours de son projet «Se torno» (Si je reviens), qui l'a vu coller sur les murs de Rome et de Matera l'image d'un Pasolini au regard sévère portant dans ses bras son propre corps sans vie. C'est Davide Cerullo, enfant du quartier passé par la criminalité avant de trouver la rédemption dans la poésie, qui va lui ouvrir les murs de Scampia, banlieue populaire de Naples dans laquelle l'artiste voit un univers pasolinien d'aujourd'hui. Pignon-Ernest découvre alors le travail photographique de Cerullo, qui saisit depuis une dizaine d'années la vie du quartier et de ses habitants, dans ses aspects les plus durs mais également avec l'espoir et la conviction que ses enfants peuvent être sauvés par l'instruction. Erri De Luca et Christian Bobin, touchés eux aussi par le parcours et le travail de Davide Cerullo, joignent leur voix à celle d'Ernest Pignon-Ernest pour introduire les photographies et les textes ici rassemblés.

Vikash Dhorasso - "Tatane, 50 idées joyeuses pour changer le foot" - publié aux Éditions Gallimard: Et si pour réapprendre à s'amuser en jouant au football, il suffisait d'oublier les règles et ses automatismes? Comment? En tirant au sort l'une des cinquante règles décalées, drôles et « jouables » rassemblées ici pour valoriser le jeu comme essence du foot. Sans enjeux. Le foot comme un sport populaire, citoyen, vecteur de valeurs et de lien social. Quatre dessinateurs se prennent au jeu en proposant une illustration ou un gag en contrepoint de chaque règle.

Hélène Dorion pour "Comme résonne la vie", publié aux Éditions Bruno Doucey: Il y a chez elle comme une clarté inquiète. Des mots de givre et de grands vents. De vastes espaces et des anfractuosités où la pensée s’engouffre. Des sentes qui partent de soi et mènent aux autres. Des brumes de mémoire et cette lumière étrange que l’inachèvement dépose sur les choses de la vie. Plus encore peut-être, un vacillement. Un trépignement. Une interrogation tenace sur les raisons de notre présence au monde. Car Hélène Dorion approche « le mystère qui nous hante » sans lâcher le fil qui lui permet d’habiter en poète « le labyrinthe des jours ». Fidèle à l’enfant qu’elle était, à l’écoute de la femme qu’elle devient, elle cherche le passage « vers l’autre saison ». Lisez-la, écoutez-la : vous sortirez fortifié de cette fragilité consentie. Comme moi, vous sentirez davantage « comme résonne la vie ».

Yahia Belaskri, pour "Le livre d'Amray", publié aux Éditions Zulma: « On m’a dit que je naissais au monde, que les montagnes reculeraient devant mes aspirations, que les plaines donneraient plus de blé qu’elles n’en ont jamais produit et que les matins s’offriraient à mes pas juvéniles. Que ne m’a-t-on dit pour me laisser croire que j’étais un homme libre ? » Amray est né avec la guerre, entre le souffle du chergui et les neiges des Hauts Plateaux. Mais bientôt son monde vacille et les amis d’enfance, Shlomo, Paco, Octavia – celle qu’il nomme ma joie – quittent le pays. Resté là comme en exil, Amray, fils de fières et nobles figures de résistance, Augustin, la Kahina ou Abd el-Kader, part lui aussi chercher plus loin ses horizons. Roman de toutes les premières fois, premier amour, premières folies, premiers combats, le Livre d’Amray est une charge ardente contre tous les intégrismes, un chant vibrant d’amour pour une terre qui n’est jamais nommée, une Algérie rêvée et rendue à la vie – un chant d’espoir au monde.

Les coups de cœurs et les coups de gueules des libraires:

Un coup de cœur de Laura Sanchez, de la Librairie du Boulevard, à Genève, en Suisse, pour « Parti voir les bêtes », un livre-poche de Anne-Sophie Subilia, publié aux Éditions Arthaud Poche : Un homme vient de s'installer dans le village de son enfance, non loin duquel des constructions encore en chantier menacent de transformer bientôt le paysage et la vie. Entre appréhension et fascination, il parcourt la campagne, l'écoute et l'observe, mesurant les changements que la modernité lui impose petit à petit.

Un coup de cœur de Josianne Létourneau, de la Librairie du Square, dans le Quartier Outremont, à Montréal, pour « Douze ans en France », un récit de Mélikah Abdelmoumen, publié aux Éditions VLB : Mélikah Abdelmoumen a passé douze ans à Lyon avec son conjoint et leur fils. Sans amertume, mais sans détour, elle raconte ce qui lui a finalement fait interrompre ce long séjour : les clivages sociaux et les lourdeurs administratives de la France, un climat politique étouffant, et l'épreuve quotidienne de vivre dans un pays en perpétuel état d'urgence. En contrepoint, le récit de son amitié avec une famille de Roms de Roumanie ballottés de squats en bidonvilles fait ressortir cette grande constante existentielle du déracinement : l'inquiétude.

Un coup de gueule de Thomas Auxerre, de la Librairie L’Amandier, à Puteaux, en France, sur le fait de  recevoir des manuscrits de clients. Thomas pousse un coup de gueule autour d’un phénomène qu’il vit de plus en plus dans sa librairie. Ses clients lui proposent leurs manuscrits pensant que les libraires pourraient les aider dans leur travail d’écriture. Thomas insiste sur le fait que c’est un métier et que ce n’est pas le sien mais celui de l’éditeur.

Un coup de gueule d’Annick Dor, de la Librairie de La Mazerine, à La Hulpe, en Belgique, sur les affreuses couvertures des diptyques Largo Winch, et notamment sur le dernier en titre : « Largo Winch : diptyque Vol. 2 (Ce dytique réuni le Tome 3 OPA et le Tome 4 Business blues), Scénario: Jean Van Hamme // Dessin : Philippe Francq, publié aux Éditions Dupuis : Dans ces aventures, l'OPA, lancée par le groupe W sur la Fenico de Gus Fenimore, tourne à la débâcle. Le crédit bancaire d'un milliard de dollars accordé à Largo Winch pour la couvrir a été saisi par le fisc américain. Il lui reste trois jours pour obtenir deux milliards de dollars.

La programmation musicale: 

  • Manu Dibango & Jacob Desvarieux - Maladie d'amour - E.G.T
  • Melissa Laveaux - Lè ma monte chwal mwen - No Format
  • Aquaserge - Si tu t'en vas - La Souterraine / La mémoire et la M
  • Guliano - Nod ni bua - Oceania Records
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.