Une rencontre inédite de cette semaine: Joël Dicker et Jean-Jacques Annaud seront sur notre plateau à l'occasion de l'adaptation en série de La vérité sur l'affaire Harry Quebert. Nous recevrons David Diop qui publie un roman choc sur les tirailleurs sénégalais et nous irons à Bruxelles dans un jardin improbable!

Rencontre exceptionnelle autour de l'adaptation cinématographique entre l'auteur suisse Joël Dicker et le réalisateur français Jean-Jacques Annaud, à l'occasion de l'adaptation par le réalisateur de"La vérité sur l'affaire Harry Quebert" et la réédition en poche du roman aux Éditions De Fallois : À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois. Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ? Sous ses airs de thriller à l'américaine, La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l'Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

David Diop pour "Frère d'âme", publié aux Éditions du Seuil : Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

Reportage à Bruxelles au Centre de Littérature de Jeunesse de Bruxelles et à la Ferme du Parc Maximilien avec Thomas Lavachery, à l'occasion de la sortie de"Tor et le prisonnier", publié aux Éditions École des Loisirs : À part Tor de Borgisvik et sa famille, tout le monde dans le royaume pense que les trolls ont disparu depuis le Moyen Âge. Mais voilà, catastrophe : un jeune troll a été capturé. Il se retrouve aux mains du cruel Lars Vindson, qui veut le dresser pour son cirque. Comment le délivrer, et empêcher le malheur qui menace tous les trolls ? Heureusement, Tor, son père et son oncle ne manquent ni d’imagination ni de courage...

Et Valérie Manteau nous raconte ses impressions, juste après avoir reçu le Prix Renaudot pour son roman"Le sillon", publié aux Éditions Le Tripode : « Je rêve de chats qui tombent des rambardes, d’adolescents aux yeux brillants qui surgissent au coin de la rue et tirent en pleine tête, de glissements de terrain emportant tout Cihangir dans le Bosphore, de ballerines funambules aux pieds cisaillés, je rêve que je marche sur les tuiles des toits d’Istanbul et qu’elles glissent et se décrochent. Mais toujours ta main me rattrape, juste au moment où je me réveille en plein vertige, les poings fermés, agrippée aux draps ; même si de plus en plus souvent au réveil tu n’es plus là. »

Les coups de coeurs et les coups de gueule des libraires: 

Un coup de gueule de Dominique Bressoud, de La Librairie Une petite prose, à Boudry, en Suisse sur les titres choisis par les éditeurs : Dominique pousse un coup de gueule contre les éditeurs et le choix de certains titres qu’ils publient. Au-delà des titres en anglais dont nous avons déjà parlé, elle pointe un livre dont le titre est Oostduinkerke (en français Ostdunkerque) aux éditions de l’Aire. Car si le titre, nom d’une commune située en région flamande, parlera aux belges, les lecteurs francophones ne maitrisant pas le flamand auront du mal d’une part à s’en souvenir et d’autre part à le demander à leur libraire. Ce qui est dommage car le livre est selon elle très bon.  

Un coup de cœur de Déborah Damblon, de La Librairie La Licorne, à Bruxelles, en Belgique, pour « 2 h chrono pour arrêter de stresser (et rester zen) », un essai de Diana Barthélemy-Clouwaert, publié aux Éditions Dunod : Vous rêvez d'arriver enfin détendu au travail, et d'en repartir serein ? De mieux gérer la pression, la fatigue, le temps de travail, l'estime de soi, le regard des autres, la connectivité et la conciliation entre vie perso et vie pro ? Il existe quantités de techniques toutes simples de sophrologie et de gestion du stress qui vous permettront de vous entraîner en quelques minutes et de voir des améliorations rapidement.  2h chrono pour arrêter de stresser est le petit livre pratique pour  décompresser,  retrouver le calme et  adopter la zen attitude !

Un coup de cœur de Josianne Létourneau, de La Librairie du Square, au Quartier Outremont, à Montréal, au Canada, pour « La guerre des autres : rumeurs sur Beyrouth », une Bande Dessinée, sur un scénario de Bernard Boulad, avec des dessins de Gaël Henry, publié aux Éditions La boite à bulle : Famille d’Égyptiens expatriée au Liban depuis près de 10 ans, façon-née par la culture occidentale, les Naggar coulent des jours heureux. Entre une mère baba cool amoureuse de son meilleur ami gay, un père libraire, coureur de jupons, fan de L’Écho des savanes et trois ados mordus de cinéma, cette véritable « famille formidable » se tient à l’écart des conflits politico-religieux qui minent le pays. Au cocktail explosif formé par les oppositions entre sunnites, chiites, druzes, maronites, catholiques et arméniens, vont venir s’ajouter les tensions entre réfugiés palestiniens et État d'Israël. En avril 1975, la guerre éclate. Une guerre qui n’est pas celle des Naggar mais qui ne tardera pas à les rattraper.

Un coup de gueule de Sophie Todescato, de La Librairie Les Temps Modernes, à Orléans, en France sur le Spleen des libraires au mois de Novembre : La semaine où sont attribués les prix littéraires est toujours un moment très particulier dans la vie du libraire: alors qu'en septembre ils ont à disposition quelques 500 romans de rentrée sur lesquels ils peuvent échanger avec leur clients, début novembre, c'est comme si un kidnapping avait eu lieu, et qu’il restait que 10 titres. Les libraires n’avaient plus le temps de faire leur métier, qui est avant tout de partager leurs découvertes.

La programmation musicale:

  • Christine And The Sueens - La marcheuse - Because
  • Peur bleue - Ailleurs - Grand musique management
  • BIM (Benin International Musical) - Allons danser - World Tour records
  • Les Vickings de la Guadeloupe - Gadé douvant - Hevenly Sweetness
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.