Jean-Christophe Rufin pour son livre "Immortelle randonnée" , publié aux Editions Guérin.

Immortelle randonnée
Immortelle randonnée © Radio France

IL'écrivain se met en scène dans le costume du pélerin qu'il est devenu. Il se défait de tous les attributs de sa position sociale et raconte, à travers des anecdotes, des rencontres... son parcours sur ce Chemin qui fascine tout le monde et qui fête son 1 200e anniversaire.

Marie-Hélène Poitras pour son livre "Griffintown" , publié aux Editions Alto

Griffintown
Griffintown © Radio France

Le jour se lève sur Griffintown après le temps de survivance, les mois de neige et de dormance. Hommes et chevaux reprennent le chemin de l’écurie. L’hiver a eu raison de quelques-uns. Certains, comme John, reprennent le collier comme on renoue avec une mauvaise habitude. Pour d’autres, qui traînent plusieurs vies derrière eux, il s’agit souvent du cabaret de la dernière chance. Marie, la Rose au cou cassé, cherche quant à elle un boulot qui la rapprochera des chevaux. Elle ignore ce que lui réserve l’été, le dernier de Griffintown. Car tandis qu’une procession de désespérés défile vers le Far Ouest à la recherche d’une maigre pitance, la Mouche ourdit sa vengeance. Histoire de meurtre, d’amour et d’envie dans un décor où tous les coups sont permis, Griffintown expose au grand jour l’intimité des cochers du Vieux-Montréal, ces cow-boys dans la ville. Un détournement habile, porté par une langue sensible et rude, du western spaghetti sauce urbaine.

Et un entretien dans l'atelier deRoger Leloup pour "Yoko Tsuno - T.26 - le malèfice de l'améthyste" publié aux Editions Dupuis.

yoko tsuno
yoko tsuno © Radio France / Leloup

De retour en Écosse, Yoko et Emilia reçoivent une étrange visite. Un notaire vient leur annoncer que l'arrière-grand-tante d'Emilia lui a légué son cottage… pour la remercier de lui avoir sauvé la vie en 1935 ! Intriguées, les deux amies se rendent sur place pour y trouver le fiancé de l'arrière-grand-tante qui leur explique son histoire. En 1934, il a inventé une machine à remonter le temps et l'a utilisée pour voyager dans le futur afin d'y trouver un médicament contre la tuberculose, mal dont se meurt sa promise. Mais resté coincé au XXIe siècle, il lui a fallu du temps pour réparer sa machine et, trop vieux pour faire le voyage-retour, il demande à Yoko et à Emilia de porter le remède dans le passé. Les deux amies n'ont pas le temps d'hésiter : piégées, elles se retrouvent dans les années 30 où elles auront affaire à des comploteurs russes et une étrange pierre précieuse au pouvoir maléfique.

Les chroniques des libraires:

Manon Trépanier de la librairie "Alire" , à Longueuil, au Québec , pour"La cathédrale de tout" de Roger Des Roches , un recueil de poèsie publié aux Editions Herbes Rouges .

Ce lieu touffu dans lequel nous entrons, vaste, furieux, peuplé d’êtres et d’idées et d’images, une cathédrale de mots, cette Cathédrale de tout, là où ça s’affronte et se bouscule sur la route vers le sens. L’histoire, des histoires, une et mille et mille, comme une collection de mondes aux personnages étonnés. Des tableaux habités, hantés, foisonnants, furieux. La vie dans des souffles.

Matthieu Colombe de la librairie "Goulard" , àAix-en-Provence , pour "Global Gay" , un essai de Frédèric Martel , publié aux Editions Martel .

Les homosexuels peuvent se marier à Johannesburg et à Mexico, mais pas à Chicago ni à Berlin. En Iran, ils risquent la pendaison alors que les transsexuels se font opérer légalement. En Chine, ils sont des millions à fréquenter les réseaux sociaux gays, mais les militants sont harcelés. En Israël, l'homosexualité devient peu à peu « casher », mais dans le monde musulman elle n'est toujours pas « halal ». Dans huit pays, les homosexuels risquent la peine de mort ; dans soixante-seize, la prison. Pourtant, sur tous les continents, la révolution gay est en marche. Un jour, l'homosexualité sera peut-être moins pénalisée que l'homophobie. En Europe, l'orientation sexuelle devient le choix de chacun. À l'ONU, la dépénalisation avance. Aux États-Unis, Obama a été réélu, notamment avec les voix gays. La mondialisation de la question homosexuelle est un phénomène majeur, qui n'a pas encore été décrit. Pendant cinq ans, dans quarante-cinq pays, Frédéric Martel a mené une enquête inédite et rencontré sur le terrain des centaines d'acteurs de cette révolution. À travers le prisme gay, il analyse la mutation des modes de vie, la redéfinition du mariage, l'émancipation parallèle des femmes et des gays, les effets décisifs de la culture et d'Internet. Fil rouge de l'évolution des mentalités, la question gay et lesbienne est un critère pertinent pour juger de l'état d'une démocratie et de la modernité d'un pays. Ce livre, à la fois inquiet et optimiste, riche en portraits inattendus, raconte la nouvelle bataille des droits de l'homme.

Déborah Damblon , de la librairie "La Licorne" , à Bruxelles , pour "La possibilité du garçon" , un roman de Vincent Flamand , publié chez Genèse Editions.

Deux textes composent ce récit. Le premier, Fifoche , est dédié au père du narrateur. Le second, La Possibilité du garçon , est consacrée à sa mère. Ce diptyque constitue l’hommage douloureux mais apaisé d’un fils unique à ses deux parents, dont l’amour débordant et pour tout dire merveilleux, en est venu peu à peu à le fragiliser. D’un côté, un père âgé, fantasque et permissif ; de l’autre, une mère anxieuse, protectrice et fusionnelle. Ce très beau témoignage, vibrant et émouvant, se partage entre confession, (psych)analyse et poésie. Avec une grande justesse, Vincent Flamand a mis en mots la joie, la détresse et les paradoxes de tout amour filial.

Florence Bourdin , de la lbrairie "Mot de passe" , à Neuchatel, en Suisse , pour "Tout sauf l'amour" , une bande dessinée de Frédéric Bihel , Pierre Makyo et Toldac , publiée aux Editions Futuropolis .

Nina de Beaumont est anhédonique, c'est-à-dire qu'elle ne prend de plaisir à rien depuis la mort accidentelle de sa mère lors d'une avalanche. Elle avait six ans. À ce jour, elle a essayé toutes sortes de thérapies, mais aucune n'a réellement produit de mieux-être. Et pour elle, désormais, le bonheur c'est de ne pas avoir de bonheur. Son père, Antoine de Beaumont, est désespéré : Nina est tout pour lui. Il a tout tenté, il se décide en dernier recours à confier la délicate mission de marier sa fille aux Rencontres du XXIe Ciel, une agence matrimoniale tenue par José Alcano, un trentenaire aux méthodes révolutionnaires.

Car il se rend compte qu'il a tout essayé pour améliorer le sort de Nina... Tout sauf l'amour.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.