Émission spéciale depuis Erevan, en Arménie, à l'occasion du XVII° sommet de la Francophonie... Avec le lauréat du prix des 5 continents... avec L'écrivain haïtien Lyonel Trouillot... et un hommage à Charles Aznavour

Une émission Spéciale depuis Erevan en Arménie à l'occasion du XVIIe sommet de la Francophonie...

Un reportage avec l'auteur belge Jean-Marc Turine, Prix des 5 Continents de la Francophonie, pour "La Théo des fleuves", publié chez  Esperluète Éditions : La vieille Théodora ne marche plus, elle ne voit plus. Mais elle se souvient et raconte. Elle nous parle de sa vie, de ses rencontres, ses amours, ses espoirs, mais aussi ses errances, ses drames et ses désillusions. Théodora est une enfant du fleuve. Née Rom, elle a voyagé au gré des vents. Traversant le temps, elle a vécu plusieurs vies. Née à l’aube du XXe siècle, elle le traverse tout entier. Temps de guerres, de communisme, d’oppressions répétées, l’histoire des Roms se révèle au fil du roman et se confond avec celle du siècle.
Naître femme, c’est s’exposer à la tutelle des pères et des maris, Théodora le comprendra vite. Tout comme elle pressentira aussi que par la lecture et l’écriture, elle échappera à la fatalité. Aladin, le tendre amant, Nahum, le fils d’élection, Joseph, le marin, croiseront sa route. Personnages lumineux, ils partageront un temps sa vie avant qu’elle ne reprenne la route et construise sa destinée. La force du travail de Jean Marc Turine, depuis ses premiers textes, réside dans son souci de donner la parole aux sans-voix, aux opprimés, aux victimes et de se dresser, sans relâche, contre la guerre et l’exclusion. Par une écriture juste et engagée qui donne de la force à ce récit, il dénonce l’exil forcé, les brimades, l’injustice... Les voix du récit s’entremêlent pour nous emporter dans une histoire forte et entière, qui ne laisse pas le lecteur indifférent et le pousse à reconsidérer les questions de l’exil et de l’exclusion à la lumière de l’histoire contemporaine.

Avec le point de vue de deux membres du jury du Prix des 5 Continents de la Francophonie: Abdourahman Waberi (écrivain franco-dijboutien) et Lise Bissonnette (écrivaine québécoise)

Une séquence livre de poche avec Raphaël Haroche pour "Retourner à la mer", publié aux Éditions Folio et Aude Seigne et Bruno Pellegrino du collectif Ajar pour "Vivre près des tilleuls: par Esther Montandon", publié aux Éditions J'ai lu.

- "Retourner à la mer", publié aux Éditions Folio : À sa sortie de l’hôpital, un homme part se reposer dans le Sud avec sa vieille maman.
Trois adolescents livrés à eux-mêmes entendent un bruit inconnu qui pourrait bien être celui de la fin du monde…
Les personnages des nouvelles de Raphaël Haroche prennent vie en quelques phrases, suivent leur pente et se consument.
Il suffit d’un contact, peau contre peau, d’un regard, d’une caresse, pour racheter l’humanité.

- "Vivre près des tilleuls : par Esther Montandon", publié aux Éditions J'ai Lu : En travaillant sur les papiers d'Esther Montandon, l'archiviste de l'écrivaine suisse découvre des dizaines de pages noircies, un récit intime. Esther a donc tenu un «journal de deuil», dans lequel elle a évoqué la mort prématurée de sa fille Louise, à l'âge de trois ans. Roman sur l'impossible deuil d'une mère, Vivre près des tilleuls est aussi une déclaration d'amour à la littérature : la fiction, rédigée à deux ou trente-six mains, n'est pas le contraire du réel.

Un hommage à Charles Aznavour depuis la Maison Charles Aznavour d'Erevan avec Erik Orsenna de l'Académie Française et Hélène Carrère d'Encausse, Secrétaire perpétuelle de l'Académie Française

Entretien reportage avec Lyonel Trouillot pour "Ne m'appelle pas Capitaine", publié aux Éditions Actes Sud : Quand Aude, aspirante journaliste, décide de frapper à la porte de Capitaine pour enquêter sur le Morne Dédé – un quartier de Port-au-Prince en déshérence qui connut son heure de gloire à l’époque de la dictature, lorsqu’il abritait les opposants –, elle n’est rien d’autre aux yeux du vieil homme qu’une jeune bourgeoise qui n’a connu que “des souffrances de contes de fées”, l’héritière d’une longue tra­dition de familles opulentes ayant bâti leur fortune sur le dos des pauvres gens. Mais à ce vieillard acariâtre figé dans son fauteuil, la jeune fille offre également l’occasion de déchirer le silence, provo­quant d’abord sa colère, puis parvenant peu à peu à ressus­citer le grand maître d’arts martiaux qu’il a autrefois été, du temps où il se battait pour faire vivre son club, un lieu d’apprentissage, du temps où une mystérieuse élève l’avait ensorcelé et enjoint à servir “la cause”, une femme dont il était tombé fou amoureux avant de la haïr. Parce qu’elle apprend, malgré elle, à poser un regard cri­tique sur le milieu protégé dont elle est issue, où l’on se marie entre cousins pour perpétuer la couleur de peau des dominants en se frottant le moins possible aux “autres”, qu’elle sait, dès lors, voir plus loin que le bout de son por­tail sécurisé, et peut-être parce que, à travers son grand frère Maxime, atteint de troubles psychiques, elle porte en elle l’altérité depuis sa naissance, Aude commence à faire sa place dans cet ailleurs. En la personne du vieil homme et de quelques jeunes “échoués”, elle identifie un autre monde, une nouvelle humanité et, avec elle, le chemin pour faire de la vie une cause commune.

Les coups de cœurs et les coups de gueules des libraires: 

Un coup de gueule de Jérémy Laniel, de La Librairie du Carcajou, à Rosemère, au Canada sur « Vegan mais pas plate », un livre de Jessie et PH, publié aux Éditions Pratico Pratique : Jessie Nadeau et Pascal-Hugo Cantin, nous ouvrent les portes de leur cuisine en partageant avec nous leurs meilleures recettes véganes. Avec eux, manger végane… ce n'est pas plate! On entre dans leur quotidien avec des recettes simples et totalement délicieuses pour tous les moments de la journée, du déjeuner au souper.  Jessie et PH nous racontent également comment et pourquoi ils ont choisi l'alimentation végétale. Accompagnés par une nutritionniste, ils nous offrent une multitude de trucs pour adopter cette nouvelle façon de cuisiner et de manger et répondent aux questions les plus courantes sur ce type d'alimentation.

Un coup de cœur de Dominique Bressoud, de La Librairie Une petite prose, à Boudry, en Suisse, pour « Ils arrivent ! », un livre-jeunesse, sur un scénario de Sylvie Neeman, avec des dessins d’Albertine, publié aux Éditions La joie de Lire : Au secours… c’est la rentrée ! « Ca y est. Je les entends. C’est eux. Je suis sûre que c’est eux. Je ne les vois pas, mais je les entends. Où sont-ils ? Combien sont-ils ? Cent ? Mille ? (…) » Mais de qui parle-t-on ? De qui peut bien avoir peur cette belle jeune femme aux cheveux roux et à la jupe bleue à pois jaunes ? D’animaux fantastiques et effrayants ? De monstres sanguinaires ? De loups à poils verts et aux griffes acérées ? D’ogres immenses et affamés ? Et d’ailleurs qui est-elle cette jeune femme ? Pourquoi est-ce qu’elle reste là au lieu de fuir ? Ou de se cacher ?Un album jubilatoire sur la rentrée scolaire vue par l’institutrice. Car oui, le tout premier jour d’école est un moment qui peut être effrayant pour les enfants mais aussi pour leurs professeurs. Car ce n’est pas parce qu’on est grand que tout est facile… Les couleurs chatoyantes et denses, le trait rond et énergique, l’humour d’Albertine, alliés au texte délicat et tout en suspens de Sylvie Neeman font de cet album un concentré de bonne humeur et de drôlerie. Un album qui devrait rassurer les enfants et les aider à aborder en toute sérénité la nouvelle rentrée des classes !

Un coup de cœur de Déborah Danblon, de La Librairie La Licorne, à Bruxelles, en Belgique, pour « Poésie (presque) incomplète », une recueil de poésie de Laurent Demoulin, publié aux Éditions L’herbe qui tremble : Recueil de poèmes sur l'étonnement, le bonheur et l'angoisse d'être au monde, la filiation, la mémoire ainsi que la beauté des femmes.

Un coup de cœur de Matthieu Colombe, de La Librairie Goulard, à Aix-en-Provence, en France, pour « L'homme invisible », une bande-dessinée de Frédéric Pontatolo, publiée aux Éditions du Long Bec : Un étranger décide de poser ses valises dans un hôtel situé dans le tranquille et petit village d’Ipen. Les habitants sont très vite perturbés par la venue de ce mystérieux scientifique qui cache sans arrêt son visage et préfère la solitude. Et lorsqu’ils découvrent que sous ses innombrables bandages se cache en réalité un homme invisible, ils prennent peur et décident de le chasser. Mais il reviendra pour se venger... Le paisible village ne va pas tarder à se retrouver hanté par un esprit rempli de haine.

La programmation musicale:

  • Fatoumata Diawara - Bonya - Montuno / Wagram
  • Charles Aznavour / Sada Aznavour - Yes kou rimet'n tchim kidi - Universal Music
  • Bertille - Je plonge - 
  • Erik - Charlo - Aztec Musique
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.