Pierre Jourde , pour son livre "La Première Pierre" , publié aux Editions Gallimard.

La Première Pierre
La Première Pierre © Radio France / Pierre Jourde

«Dans ces terres reculées, dans ces pays perdus, on vit toujours plus ou moins dans une légende, dans l'image d'un chapiteau roman historié de scènes naïves et cruelles...» Pierre Jourde revient sur des événements qui en 2005 ont défrayé la chronique. Lors de la parution d'un de ses livres, Pays perdu , une partie des habitants du village d'Auvergne dont il était question dans le récit s'est livrée à une tentative de lynchage de l'auteur et de sa famille. Pierre Jourde y décrivait la rudesse de la vie dans ce hameau lointain dont il est originaire, mais aussi une fraternité archaïque, solide, des relations humaines à la fois brutales et profondes, tout cela raconté à l'occasion de la mort d'un enfant. Célébration d'un village aimé, le livre y a été reçu par certains comme une offense. La première pierre retrace les événements violents qui ont suivi la parution de Pays perdu , et propose l'analyse passionnante de leurs causes. Il offre aussi une magnifique démonstration des puissances de la littérature, en même temps qu'un récit vibrant d'émotion et d'admiration pour ces contrées et ces gens qui vivent dans un temps différent de celui des villes.

Patricia Emsens , pour son livre "Retour à Patmos" , publié aux Editions des Busclats

Retour à Patmos
Retour à Patmos © Radio France / Emsens

Jean est mort et Marie, sa femme, se rend pour la première fois sans lui à Patmos. Patmos, c'était la maison de jean, son enfance, ses amis, que Marie va retrouver non sans une certaine crainte. Dès l'arrivée sur l'île, les souvenirs l'assaillent : sa rencontre avec Jean, leur vie, la maladie, sa passion folle pour Pierre, metteur en scène et amant insaisissable avec lequel elle a partagé son travail et amour avant que Jean n'entre dans sa vie puis à nouveau, plus tard. Et alors qu'elle avance, incertaine dans cette revisitation du passé, Pierre arrive, rejoignant à Patmos sont frère et ses neveux en vacances. Comme dans une tragédie antique, le destin brouille les cartes, et l'île est un théâtre où se joue la dernière scène d'une histoire qui attendait sa fin

Cabu , pour "New York" , publié aux Editions les Arènes.

New York
New York © Radio France / cabu

Pour Cabu, le dessinateur préféré des Français, New York est « un pays de cocagne pour un caricaturiste... C'est plein de caricatures ici : les gratte-ciels, les gros, les flics, les traders, les évangélistes, les sportifs,... » Après plusieurs séjours ces deux dernières années et une bonne vingtaine de carnets de croquis, ce talentueux « saute-crayon » nous offre un fabuleux kaléidoscope de la vie new-yorkaise, pétillant, grouillant, vivifiant où son humour, son esprit satirique et sa poésie s'expriment en toute profonde humanité. Comme jamais.

Et les chroniques des libraires :

Laura Sanchez , de la librairie du Boulevard, à Genève, en Suisse , pour "Pacifistes, Les Combattants de la paix du XXe siècle" , un beau livre de Farid Abdelouahab , publié aux Editions de la Martinière .

Une histoire du pacifisme à travers le portrait d'hommes et de femmes qui se sont élevés, tout au long du XXe siècle, contre la violence et la barbarie. Avec également des focus sur des événements clés, des symboles, des images icôniques, ainsi que des liens flashcodes vers des vidéos inédites.

Annick Dor , à Bruxelles , pour "Le Mange-doudous" , un album jeunesse de Julien Béziat , publié aux Editions L'école des Loisirs

L'autre jour, un truc terrible est arrivé à mes doudous. Ça s'est passé quand j'étais à l'école, c'est Berk mon canard qui me l'a raconté. Une espèce de patate molle est entrée dans la chambre. Personne n'y a fait attention. Et puis... GLOUP ! Elle a avalé Lapinot ! Et elle a pris la forme de Lapinot ! Tous mes doudous l'ont observée et ils ont compris : c'était un Mange-doudous ! À partir de ce moment-là, ça a été l'affolement général.

Manon Trépanier , de la librairie Alire, à Longueuil, auQuébec , pour "C'est le coeur qui meurt en dernier" , un roman de Robert Lalonde , publié aux Editions Boréal .

Il n’y a qu’un écrivain de tout premier plan qui puisse ainsi transformer l’autobiographie en une œuvre qui arrive à toucher de manière inoubliable chacun d’entre nous. Robert Lalonde évoque de façon bouleversante celle qui fut sa mère, femme piégée par le destin et qui d’outre-tombe continue d’entretenir avec son fils un rapport de tendresse et de bataille. Ce n’est que plusieurs années après sa mort qu’il procède finalement à l’écriture de ce récit qu’il porte en lui depuis plus de quarante ans. Sans tomber dans l’anecdotique, il réussit à dresser un portrait vivant et émouvant de cette femme dans lequel le lecteur reconnaît la relation parfois douloureuse, parfois trop aimante, mais toujours marquante, que l’un entretient avec sa mère.

Grégoire Courtois , de la librairie Obliques, à Auxerre , pour "Radeau" , un poche d'Antoine Choplin publié aux Editions Points .

1940, les Allemands prennent Paris. Au volant de son camion, Louis est chargé de mettre à l'abri des tableaux du Louvre. En pleine débâcle, les consignes sont strictes : ne jamais s'arrêter. Mais comment faire autrement lorsqu'il croise une femme enceinte, pied nus ? Réfugiés avec des résistants dans un château du Lot, Louis et Sarah vont tenter de réinventer leur vie. Malgré la rumeur de la guerre, ils s'entourent d'art et d'amour.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.